Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 12:36
FINAL FANTASY XV: The Dawn to the Future [Roman]

C'est finalement Mana Books qui a publié début septembre ce roman que j'attendais tant, narrant les contenus des 4 DLC annoncés puis annulés (sauf celui d'Ardyn) concernant le projet "Dawn to the Future". Cette fin alternative permettait ainsi de revisiter certaines destinées et d'approfondir des personnages féminins comme Aranea et surtout Lunafreya dont le traitement dans le jeu original aura été particulièrement frustrant.

 

Ce roman met aussi en lumière le vrai boss de fin concernant le monde d'Eos, où héros et antagonistes devront faire le choix de se soumettre à leur propre destin ou résister face aux dieux. Voici donc une revue brève des 4 récits du livre.

 

La confusion du saint homme.
Première histoire entièrement dédié à Ardyn, expliquant l'origine de sa haine concernant la dynastie du Lucis. Un récit intéressant où l'on ressent presque de l'empathie pour ce personnage maudit qui a jadis aimé la toute première Oracle d'Eos, une certaine Aera Mirus Fleuret n'étant autre que l'ancêtre de Lunafreya.

Le destin tragique d'Aera va faire office d'étincelle dans la transformation d'Ardyn.

Le destin tragique d'Aera va faire office d'étincelle dans la transformation d'Ardyn.

Le début de la fin.
Le plus court récit du roman mais l'un des plus mouvementés (avec le 4e) où Aranea Highwind tient le premier rôle. Ce personnage féminin particulièrement apprécié de FFXV va y vivre la pire journée de vie. Mais au bout de cet enfer, elle y gagnera la plus belle des récompenses: faire la connaissance d'une certaine Solara Antiquum, une mystérieuse fillette qui va changer sa vie. Surnommée "Sol", ce nouveau personnage féminin occupe une place conséquente dans ce roman. Elle semble très importante pour l'empire du Niflheim mais qui est-elle vraiment?

Aranea va assister, médusée, à la chute de Gralea, la capitale impériale.Aranea va assister, médusée, à la chute de Gralea, la capitale impériale.

Aranea va assister, médusée, à la chute de Gralea, la capitale impériale.

Aprés avoir vécu une journée en enfer, Aranea va adopter Sol, une fillette de l'empire.

Aprés avoir vécu une journée en enfer, Aranea va adopter Sol, une fillette de l'empire.

Le choix de la liberté.
C'est le récit le plus long des quatres qui marque le grand retour de Lunafreya Nox Fleuret. Les dieux ont décidés que la jeune Oracle avait encore des comptes à leur rendre. Héritant d'un pouvoir aussi puissant qu'inquiétant, Luna va devoir remettre en cause sa foi divine et l'intérêt réel de son rôle d'Oracle. Sa rencontre décisive avec une certaine Solara Antiquum (encore elle) va lui ouvrir une vision nouvelle de la vie. Mais avant, elle sait qu'une seconde et décisive confrontation face à Ardyn est inévitable.

Revenue à la vie, Lunafreya va se poser des questions sur le vrai sens de son existence.

Revenue à la vie, Lunafreya va se poser des questions sur le vrai sens de son existence.

La dernière épée.
Noctis, héros principal de ce dernier récit, sort d'un long sommeil de 10 ans avant d'être accueilli par Umbra, l'un des messagers canins lui servant de correspondance avec Luna. Le prince (ou plutôt Roi élu) apprend que cette dernière est bien vivante et l'attend à la citadelle d'insomnia où trône Ardyn pour la confrontation finale. Noctis va aussi être accueilli par une certaine Solara Antiquum (toujours elle) à la baie de Galdina, qui va lui en apprendre davantage sur le retour de Luna. Cet ultime récit marque la confrontation finale et définitive de FFXV avec une mise en scène conséquente, qui aurait sans doute nécessité un budget important si un portage DLC avait eu lieu.

Le dernier DLC promettait vraiment un contenu ambitieux sur la conclusion.

Le dernier DLC promettait vraiment un contenu ambitieux sur la conclusion.

Dans l'ensemble, l'ouvrage s'avère efficace et permet de conclûre plus convenablement le destin de certains protagonistes. Dommage que l'annonce de ces add-ons fût trop tardive au point de sceller leur sort, empêchant de rendre justice à la richesse d'un univers particulièrement intéressant.

Ma note sur Sens critique: 8,5/10

Partager cet article
Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 10:39
TALES OF VESPERIA Definitive edition [Test]

Il n'aura fallu "que" 10 ans d'attente pour avoir droit à une localisation chez nous sur une machine Sony. La version PS3 n'avait pas pu franchir les frontières du Japon pour des problèmes de droit avec Microsoft. Alors, est-ce réellement un des meilleurs épisodes de la franchise comme le sous-entendaient les critiques à l'époque?

"... ou de tuer n'importe qui, n'importe quand." Yuri Lowell, un héros mature, un vrai.

"... ou de tuer n'importe qui, n'importe quand." Yuri Lowell, un héros mature, un vrai.

- Odyssée principale bouclée en 57h30.
- Level 56-55 pour l'ensemble des personnages.

Oui, c'est un épisode efficace et peut-être l'un des meilleurs que j'ai fait, même si je lui préfère Xillia et son univers de Rieze Maxia, qui m'avait bien bluffé à l'époque. Ce qui choque sur Vesperia, c'est qu'il est effrontément beau malgré ses 12 ans d'âge, bien plus beau que tous les Tales of full 3D moches sortis ces dernières années.

Le bad boy et la princesse un peu cruche: ça fonctionne toujours.Le bad boy et la princesse un peu cruche: ça fonctionne toujours.

Le bad boy et la princesse un peu cruche: ça fonctionne toujours.

Les déplacements à la FFX permettent de soigner les parties de décors uniquement filmés par la trajectoire de la caméra. Certains écrans fixes font penser à des beaux décors d'animes d'heroic-fantasy: oui, on a l'impression de regarder un joli dessin animé et le cell-shading est de qualité. J'ai eu peur au début sur le système de craft, copié sur FFIX: il faut garder les armes et équipement jusqu'à avoir appris leur compétence. Je ne suis pas fan de ce concept. Cela dit, la jauge d'assimilation va assez vite car on fait beaucoup de combat sans trop s'en rendre compte.

Comme toujours, les passages importants sont mis en scène par des cinématiques en anime.Comme toujours, les passages importants sont mis en scène par des cinématiques en anime.Comme toujours, les passages importants sont mis en scène par des cinématiques en anime.
Comme toujours, les passages importants sont mis en scène par des cinématiques en anime.Comme toujours, les passages importants sont mis en scène par des cinématiques en anime.Comme toujours, les passages importants sont mis en scène par des cinématiques en anime.

Comme toujours, les passages importants sont mis en scène par des cinématiques en anime.

Mais lorsqu'une arme plus puissante est acquise, on est tenté d'enlever la précédente même si la compétence n'est pas apprise. C'est le défaut du concept. Les autres points noirs sont à signaler sur le rythme de l'intrigue: un peu lent à démarrer et les 8 dernières heures tirent aussi en longueur, surtout pour finir sur l'ultime boss dont l'identité était prévisible depuis pratiquement le début. De plus, il n'est vraiment pas dur: bien préparé à un level 55, vous le traverserez comme du beurre.

De la synthèse et (miam!) de la bouffe à gogo! Oui, c'est bien un Tales of.De la synthèse et (miam!) de la bouffe à gogo! Oui, c'est bien un Tales of.

De la synthèse et (miam!) de la bouffe à gogo! Oui, c'est bien un Tales of.

Un plan qu'on connait par coeur, vu sa mainte utilisation dans la com' du jeu à l'époque.

Un plan qu'on connait par coeur, vu sa mainte utilisation dans la com' du jeu à l'époque.

On se souvient de la bonne réputation de Vesperia pour son héros principal: Yuri Lowell. En effet, il n'a rien à voir avec la galerie de beaux minets bien niais habituels au genre. Outre le fait d'avoir un prénom similaire à une catégorie de mangas gays, son comportement très adulte (sans renier le coté boy-scout sauveur de monde) fait plaisir, surtout lorsqu'il se permet de jouer les justiciers expéditifs en zigouillant sans pitié 2 gros pas-beaux simplement par le script: merci beaucoup, ça économise 2 combats de boss qui auraient pu être bien lourds pour le rythme. Prenez exemple Falcom avec vos Legend of Heroes.

Yuri Lowell ne s'étonne même plus d'être dans un J-RPG.

Yuri Lowell ne s'étonne même plus d'être dans un J-RPG.

La jeune pirate, Patty, est très précoce pour son âge. Mais qui est-elle vraiment?La jeune pirate, Patty, est très précoce pour son âge. Mais qui est-elle vraiment?
La jeune pirate, Patty, est très précoce pour son âge. Mais qui est-elle vraiment?La jeune pirate, Patty, est très précoce pour son âge. Mais qui est-elle vraiment?

La jeune pirate, Patty, est très précoce pour son âge. Mais qui est-elle vraiment?

Avec un héros réussi, aller au bout de l'intrigue est forcément moins laborieux. Le reste du casting n'est hélas qu'un amas de clichés sur pattes. La petite pirate, perso bonus de la version PS3, n'apporte pas grand-chose hormis des situations et des réparties amusantes. Le coup de l'assassin psychopathe increvable qui revient toujours faire chier, ça en devient involontairement comique, surtout sur son dernier affrontement.

Vieux de 10 ans, Vesperia est bien plus beau que les derniers Tales of. Un comble!Vieux de 10 ans, Vesperia est bien plus beau que les derniers Tales of. Un comble!

Vieux de 10 ans, Vesperia est bien plus beau que les derniers Tales of. Un comble!

Dans l'ensemble, cet épisode arrive à nous embarquer avec les codes de son univers, bien dans l'esprit de la série et la gestion de craft m'a procuré beaucoup de plaisir malgré mes "à priori" du début. La fluidité de progression est réussie évitant ainsi une digestion trop difficile post-game. Si vous l'avez zappé à l'époque faute d'avoir eu une Xbox 360, vous pouvez y aller, c'est du très bon.

 

Ma note sur Sens critique: 9/10

Partager cet article
Repost0
29 juin 2020 1 29 /06 /juin /2020 19:26
THE LAST OF US part II: la fin, explication et analyse. [SPOILER]

/!\ ATTENTION, cet article spoile toute la fin !!! A eviter absolument si vous n'avez pas fait le jeu /!\

 

Rarement un JV n'aura engendré autant de haine. Encensé d'un coté et taillé en pièce de l'autre, il détient le record du meilleur lancement d'un jeu exclu Sony (Spidey est même battu!) avec 4 millions d'exemplaires écoulés en seulement 3 jours. Mais sur Metacritic, il enregistre (pour l'instant) la note très moyenne de 4,8. Une pétition a même été lancée pour changer l'histoire et la fin, signée (pour l'instant aussi) par plus de 43000 participants, espérant atteindre les 50000 signatures.

J'ai finis ce jeu il y a déjà plusieurs jours et je vais être franc: je n'ai pas aimé l'histoire, ni la fin. Mais ça reste tellement bien joué et écrit que ça donne envie quand même de pousser un peu l'analyse. Ce n'est pas parce qu'on déteste une fin qu'il ne faut pas essayer de la comprendre.

 

Je ne vais pas vous raconter l'histoire. Si vous lisez cet article, c'est que vous avez bouclé le jeu en sachant très bien ce qu'il s'y passe dedans. Donc je commence au moment où Ellie retrouve Abby, la meurtrière de Joël, qu'elle traque depuis le début du jeu. Cette dernière a été capturée, avec Lev son petit protégé, par le clan des Crotales à Santa Barbara, sur la cote-ouest de Etats-Unis.

Elle est là, enfin à sa portée. Elle a tant attendu ce moment...

Elle est là, enfin à sa portée. Elle a tant attendu ce moment...

Attachée et torturée depuis plusieurs jours à un poteau sur la plage, Ellie la découvre la nuit tombant, embrumée par les flammes du QG des crotales, suite à une évasion massive qu'elle a provoqué. Après quelques secondes d'hésitation, elle détache sa proie à peine vaillante. Cette dernière, aussi méfiante qu'apeurée, la reconnait de suite. Mais après avoir détaché Lev, son jeune protégé, elle se montre confiante et indique à Ellie que des barques se trouvent sur la plage, permettant aux 2 femmes de fuir. Ellie, la fixant sans lui répondre, la suit. Le moment de tension est à couper au couteau.

Au moment d'embarquer, Ellie provoque Abby en menaçant Lev, inconscient.Au moment d'embarquer, Ellie provoque Abby en menaçant Lev, inconscient.

Au moment d'embarquer, Ellie provoque Abby en menaçant Lev, inconscient.

Le souvenir brutal du corps ensanglanté de Joël lui revenant en pleine figure, Ellie se décide à lancer les hostilités. Abby, épuisée par toute cette violence, s'y refuse mais sera obligée de s'y soumettre face aux menaces déterminées d'Ellie. Tenant à peine sur leurs jambes, le corps meurtri physiquement et psychologiquement, les 2 ennemies jurées s'offrent un baroud d'honneur final, d'une barbarie incroyable.

La chorégraphie du combat final est magistrale: les QTE magnifie la haine barbareLa chorégraphie du combat final est magistrale: les QTE magnifie la haine barbare
La chorégraphie du combat final est magistrale: les QTE magnifie la haine barbareLa chorégraphie du combat final est magistrale: les QTE magnifie la haine barbare

La chorégraphie du combat final est magistrale: les QTE magnifie la haine barbare

Soldat hyper entrainée, Abby devrait avoir largement le dessus, comme à Seattle où elle avait écrasé Ellie au combat en lui cassant les deux bras. Mais son séjour de torture l'a amaigrie et largement affaiblie. Ellie peut donc avoir une chance de la terrasser, ce qu'elle va faire non sans perdre deux doigts au passage. Mais au moment de la victoire, alors qu'elle est sur le point de noyer Abby, elle se ravise soudainement suite à un souvenir apaisé de Joël, lui faisant renoncer finalement à sa vengeance. La haine laisse sa place à la résignation: Ellie sanglotte en disant à Abby de partir avec Lev.

A ce moment, on se dit: "ALLEZ! ON Y EST!", d'autres joueurs crieront: "Non! Arrête!"

A ce moment, on se dit: "ALLEZ! ON Y EST!", d'autres joueurs crieront: "Non! Arrête!"

A défaut d'une vengeance accomplie, Ellie se contentera d'une simple revanche.A défaut d'une vengeance accomplie, Ellie se contentera d'une simple revanche.A défaut d'une vengeance accomplie, Ellie se contentera d'une simple revanche.

A défaut d'une vengeance accomplie, Ellie se contentera d'une simple revanche.

Alors? Que décide de faire Ellie une fois revenue à la ferme?

D'abord il faut penser à lire le journal d'Ellie pour connaitre son état psychologique sur le chemin du retour. Ouvrez donc son journal au dernières pages et voici ce qu'elle écrit (cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir):

Dans son journal, les ultimes écrits d'Ellie inquiétent sur sa santé psychologique.Dans son journal, les ultimes écrits d'Ellie inquiétent sur sa santé psychologique.
Dans son journal, les ultimes écrits d'Ellie inquiétent sur sa santé psychologique.Dans son journal, les ultimes écrits d'Ellie inquiétent sur sa santé psychologique.

Dans son journal, les ultimes écrits d'Ellie inquiétent sur sa santé psychologique.

J'insiste bien sur le fait que ces écrits ont été rédigés lors de son retour car juste avant l'ultime combat, le logo des Crotales est le dernier croquis en date.

A la fin, je pense donc qu'Ellie veut se donner la mort, ou la provoquer face à des infectés car:

- Ellie est un électron libre suicidaire et elle n'est pas apte au bonheur mais ça, je pense que vous le saviez déjà.
- Ce qui est pratiquement sûr, Elle ne retourne pas à Jackson ville car le petit portillon de la forêt est dans la direction opposée de la ville. Vérifiez lorsque Tommy leur rend visite, son cheval est arrivé par le sentier venant du couchant.
- Ellie ne s'est jamais vraiment plu à Jackson ville. Elle y reste uniquement parce qu'il y a Joël. Dans le 3e flash back où elle somme à ce dernier de s'expliquer sur les évènements de l'hopital, elle menace carrément de se barrer, sans retourner en ville. Lors de la 1er séquence à la ferme où elle porte le bébé, regardez une nouvelle fois son journal. Elle y écrit que lorsque les parents de Jesse sont venus leur rendre visite pour essayer de les convaincre de revenir à Jackson, elle s'est enfuie et à fondu en larme. Son seul point d'attache à Jackson, c'était Joël mais il n'y est plus.
- Dans l'ultime flashback, elle insiste encore sur le fait qu'elle voulait mourir et termine le dialogue par "à plus tard". Retour de suite au présent, on enchaine sur le gros plan de son visage mélancolique fixant la forêt. Elle pose finalement la guitare pour se rediriger vers cette forêt.
- Vu qu'elle a maintenant un souvenir apaisé de Joel (le dernier dessin nous le montre sans les yeux grifonnés ou barrés), peut-être se sent-elle prête à le rejoindre?

Dernier flashback: Joël assume son choix, Ellie veut essayer de retourner vers lui.Dernier flashback: Joël assume son choix, Ellie veut essayer de retourner vers lui.
Dernier flashback: Joël assume son choix, Ellie veut essayer de retourner vers lui.Dernier flashback: Joël assume son choix, Ellie veut essayer de retourner vers lui.

Dernier flashback: Joël assume son choix, Ellie veut essayer de retourner vers lui.

Parce qu'à part la mort (pour rejoindre son père par procuration), qu'est-ce qu'il lui reste à cette fille?
- Joël a flingué le dernier médecin pouvant l'opérer et donner un sens à sa vie
- Elle est retournée à la ferme, espérant y voir Dina mais cette dernière l'a plaquée pour retourner avec son bébé à Jackson (chez les parents de Jesse sûrement). Elle l'avait bien prévenue qu'elle refusait de revivre ça.
- Amputée de 2 doigts, elle ne peut plus jouer de la guitare, seul lien spirituel qui lui restait avec Joël.
- Tommy, estropié, lui en voudra toujours de ne pas être aller au bout de sa vengeance.
- Et bien sur, Joël a été tué.

Donc ses derniers écrits morbides où elle parle d'offrir sa carcasse à la forêt, en espérant empoisonner les infectés, peuvent faire craindre le pire.

Retourne-t-elle dans les bois pour y offrir ses restes, comme écrit dans son journal?

Retourne-t-elle dans les bois pour y offrir ses restes, comme écrit dans son journal?

Partager cet article
Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 21:11
THE LAST OF US [Test]

Entre l'actualité de la pandémie et l'arrivée du 2e opus le 19 juin prochain, j'en ai profité pour faire le PS4 remastered cette semaine.

 

Le propos n'est pas nouveau: une pandémie (découvrir ce jeu en 2020 fait davantage réfléchir sur son contenu, forcément), une apocalypse et l'élu(e) qui va avec. Si TLOU a eu autant de louanges, ce n'est clairement pas pour son gameplay, non. On est en face d'un TPS/infiltration juste honnête avec des mécaniques de progression hélas répétitives: et vas-y qu'il faut aller chercher l'échelle, la planche, ou encore la palette parce que la petite ne sait pas nager. Le problème, c'est que ça ne se justifie pas toujours au point de péter un peu l'immersion.

L'un par l'autre, Joël et Ellie vont trouver la rage de survivre.

L'un par l'autre, Joël et Ellie vont trouver la rage de survivre.

Par exemple, la toute dernière grille à franchir de l'université n'est pas très haute. Mais non, Il faut quand même se trimballer le conteneur à roulette pour passer. Et certaines traversées maritimes ne sont pas longues: Joël pourrait facilement transporter Ellie sur son dos, accrochée à son cou. Aprés, on peut comprendre la volonté de garder la fillette au sec, au point d'avoir recours systématiquement à la palette.

De Boston jusqu'au Wyoming, on va voir du pays. De Boston jusqu'au Wyoming, on va voir du pays.
De Boston jusqu'au Wyoming, on va voir du pays. De Boston jusqu'au Wyoming, on va voir du pays.

De Boston jusqu'au Wyoming, on va voir du pays.

La pandémie a donné naissance au chaos. En 2020, ça fait vraiment cogiter...

La pandémie a donné naissance au chaos. En 2020, ça fait vraiment cogiter...

J'ai commencé en mode normal mais vu qu'il est impossible de se défendre contre un simple claqueur (un choix idiot), j'ai vite basculé en facile vu la possibilité de planter un surin dans la tronche de ces saloperies. Ca m'a permis de garder un bon rythme de récit, sans la gâcher par de nombreux die&retry énervants. On peut certes la jouer silencieux mais j'étais pas trop décidé à passer la moitié du temps à avancer accroupi, en mode tortue. J'ai préféré souvent l'action à l'infiltration. Le changement d'arme étant un gros bordel, concevoir rapidement les double-étuis est nécessaire pour alléger un peu les manip'. Bon bref, dans l'ensemble c'est jouable mais pas de quoi crier au génie.

Les moments d'accalmie permettent de croiser d'autres destinées, luttant pour leur quotidien.

Les moments d'accalmie permettent de croiser d'autres destinées, luttant pour leur quotidien.

Du coté de la réalisation et de la narration, là on comprend mieux le succès de l'oeuvre. Les capacités de la PS4 rendent bien service à un jeu déjà si beau en 2013. L'intensité de l'introduction plonge vite le joueur dans le contexte: quartiers urbains délabrés où la nature reprend ses droits, espaces naturels sauvages ou village isolé cauchemardesque, on avance captivé par la variété des environnements et des situations.

Ellie sait se défendre mais apprendra de nouvelles choses avec Joël, comme tirer au fusil.Ellie sait se défendre mais apprendra de nouvelles choses avec Joël, comme tirer au fusil.

Ellie sait se défendre mais apprendra de nouvelles choses avec Joël, comme tirer au fusil.

"La survie à tout prix..."

"La survie à tout prix..."

J'avoue avoir aimé inspecter le moindre recoin des décors à la recherche de ressources. Toute la zone de Pittsburgh reste ma préférée. L'audace de TLOU reste sa narration: il tente des trucs, comme un gros effort sur l'interprétation et botte en touche. Même si le rythme commence à ronronner dangereusement vers l'automne, l'intrigue s'emballe ensuite pour enclencher la 4e vitesse avec la saison hivernale.

L'un des plus beaux plans du jeu. L'anarchie peut être parfois belle à regarder.

L'un des plus beaux plans du jeu. L'anarchie peut être parfois belle à regarder.

L'horreur intenable de la saison hivernale sera psychologiquement éprouvante pour Ellie.
L'horreur intenable de la saison hivernale sera psychologiquement éprouvante pour Ellie.L'horreur intenable de la saison hivernale sera psychologiquement éprouvante pour Ellie.

L'horreur intenable de la saison hivernale sera psychologiquement éprouvante pour Ellie.

Dans ce cauchemar, les scénaristes n'ont pas zappé certains moments d'émerveillement  avant la conclusion en apothéose. Une fois commencé, on n'a plus envie de s'arrêter dans TLOU tant que le générique final ne pointe pas sa fraise et ce malgré les errances de son gameplay. Et ça c'est le constat d'une narration travaillée, bien écrite et réécrite comme il faut. Attendons maintenant de voir la suite.

J'adore cette photo.

J'adore cette photo.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 13:40
THE LEGEND OF HEROES: Trails of Cold Steel II [Test]

Alors que l'annonce de la sortie occidentale du 4e épisode est tombée, j'ai pu profiter du confinement pour me lancer dans la (lourde) digestion du second épisode de la saga de Falcom. Après la conclusion dramatique du premier opus, l'heure de la revanche semble avoir sonné pour Rean et ses compagnons.

 

- Acte 1, 2 et Finale terminé en 60h/Mode normal (level 128-130 env.)
- Epilogue joué en 3h jusqu'au donjon final inutile - Fin définitive vue sur Youtube.

 

Autant j'avais bien apprécié le 1er épisode (noté 8/10), autant cette suite data-disc trouve vite ses limites: trop de contenu recyclé, trop (bien trop) de combats et pas assez de mise en scène. Tous les défauts du premier nous sautent à la figure façon puissance 2 et deviennent pénibles à supporter. La structure du récit est plus libre grâce à l'aéronef, nous permettant de voyager où bon nous semble. Ensuite les musiques sont entrainantes et réussies. Ce sont les 2 grosses qualités de cette suite où on peut rajouter le plaisir de retrouver la classe VII et l'univers de la licence.

 

La magie et les conflits géopolitiques d'Erebonia sont de retour. La magie et les conflits géopolitiques d'Erebonia sont de retour.

La magie et les conflits géopolitiques d'Erebonia sont de retour.

Admirez ces graphismes magnifiques dignes des derniers AAA. Naan, je rigole...

Admirez ces graphismes magnifiques dignes des derniers AAA. Naan, je rigole...

La mise en scène cheap et statique des longs dialogues s'alternent avec des combats titanesques contre des boss ultra-cheatés. Ces derniers n'en auront rien à foutre des crafts longs et couteux appliqués aux personnages. Du coup, on est obligé de bourriner en enchainant les grosses furies/magies ad nauseam pour en finir au plus vite, sinon on y passe une éternité.

Les artworks ont changé par rapport au 1er épisode. Les effets restent saisissants.Les artworks ont changé par rapport au 1er épisode. Les effets restent saisissants.
Les artworks ont changé par rapport au 1er épisode. Les effets restent saisissants.Les artworks ont changé par rapport au 1er épisode. Les effets restent saisissants.

Les artworks ont changé par rapport au 1er épisode. Les effets restent saisissants.

Malgré ses améliorations, le système de combat devient bourrin et sans aucune finesse tactique. Tout est basé sur le remplissage de la jauge de CP. Heureusement que les DLC offert sur la version PS4 nous donne une 50e d'items puissants pouvant remplir cette jauge. Si on échoue, le jeu nous propose de recommencer à affaiblissant l'adversaire. On sent l'aveu à demi-caché de Falcom d'avoir proposé des boss trop puissants.

On retrouve les anciens personnages mais aussi de nouveaux, guères rassurantsOn retrouve les anciens personnages mais aussi de nouveaux, guères rassurants

On retrouve les anciens personnages mais aussi de nouveaux, guères rassurants

La classe VII prend connaissance de ses objectifs, mais retrouver Crow est prioritaire.

La classe VII prend connaissance de ses objectifs, mais retrouver Crow est prioritaire.

Passons maintenant à l'épilogue de la honte. Les concepteurs ont visiblement pensé qu'on n'en a pas assez chié dans le donjon final (du chapitre du même nom). Du coup, alors qu'on pense visionner l'épilogue tranquille, et bien non! On doit se retaper un dernier donjon encore plus dur et un ultime boss recyclé du 1er épisode. Pour quel intérêt finalement? Pouvoir visionner la dernière conclusion, convenue, banale, vue et revue 100 fois pour un amateur de J-RPG.

Quel tombeur ce Rean... Certains de nos choix vont influer sur l'heureuse élue finale.Quel tombeur ce Rean... Certains de nos choix vont influer sur l'heureuse élue finale.
Quel tombeur ce Rean... Certains de nos choix vont influer sur l'heureuse élue finale.Quel tombeur ce Rean... Certains de nos choix vont influer sur l'heureuse élue finale.

Quel tombeur ce Rean... Certains de nos choix vont influer sur l'heureuse élue finale.

Les combats de mechas sont longs mais prenants et assez faciles.
Les combats de mechas sont longs mais prenants et assez faciles.

Les combats de mechas sont longs mais prenants et assez faciles.

Mais chez Falcom, on estime qu'il faut obligatoirement faire chier un maximum les joueurs pour arriver au bout. Un choix idiot qui gâche la conclusion (banale en plus, je le répète) de cette suite. Enchainer sur le 3 épisode attendra car avec ses choix débiles, l'éditeur a juste réussi à me faire saturer de sa série.

L'épilogue aurait se clôturer là. Tout le contenu ensuite est inutile.

L'épilogue aurait se clôturer là. Tout le contenu ensuite est inutile.

Partager cet article
Repost0