Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:29
[Revue de test] SANDS OF DESTRUCTION

                                            De la lumière à l'ombre.

Lorsque ce titre a été annoncé, le public n'a retenu que les noms de Kanato, Kato et Mitsuda ayant à leur actif quelques légendes comme Xenogears et Chrono Trigger. Et puis vint la douche froide... Les combats mal équilibrés n'arrivent pas à se faire oublier face à une intrigue un poil originale (il faut détruire le monde au lieu de le sauver) mais bien en deçà de ses illuustres ancêtres. De plus la fréquence des joutes sont très nombreuses. Mitsuda remplit tout de même sa part de contrat et son OST est saluée sur tous les sites. Un import dispensable mais que les fans de JRPG et de la firme SEGA chercheront à se procurer.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 20:45
[Revue de test] RADIANT HISTORIA

                                     Le nouveau Chrono Trigger?

Sorti presque en fin de vie de la prolifique DS, ce RPG passait presque pour la suite de Radiata stories à cause de la ressemblance de son nom. Non seulement il n'en est rien mais il a été ensuite comparé à un autre nom plus élogieux à cause de son épopée temporelle: Chrono Trigger. Les qualités sur tous les critères sont nombreuses avec un héros classe, un système de combat utilisant l'historique des actions à venir (comme Final Fantasy X) dont la possibilité d'intervertir son tour avec un allié ou un ennemi.

Les visites à répétition de nombreux endroits sont l'un des rares défauts signalés... avec celui de ne pas avoir été localisé en Europe. L'un des achats imports indispensables.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 21:36
[Revue de test] LUFIA: Curse of the Sinistrals

                                       La renaissance d'un has-been.

Les RPG sur DS (ou sur PSP) sont si nombreux qu'il est difficile de s'y retrouver. Mais trouver les rares joyaux se détachant de la masse reste toujours jouissif pour un passionné. En import, la surprise vient toujours de là où on ne l'attend pas. Prenons la vieillotte licence Lufia par exemple: voilà qu'elle revient en force avec une reécriture adaptée du premier épisode. Doté d'un nouveau look éblouissant, la force de ce titre (uniquement dispo import, je le répète) réside dans son casting haut en couleur. La progression basée pratiquement que sur des puzzles à résoudre est également saluée. Seul le récit est montré du doigt pour son manque d'originalité mais il ne s'agit pas non plus d'une série très jeune. Un RPG très conseillé.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 21:10
[Revue de test] BRAVELY DEFAULT

                                       La perle brille enfin chez nous.

Le trésor le plus en vue de SE débarque cette semaine, il était temps. Aprés quelques tests imports très enjoués (Greg de chez GK par exemple), les premieres reviews de la version occidentale confirment bien la qualité flamboyante du titre. Jouant sur la nostalgie des anciens Final Fantasy de l'ère 16 bits, les bons points sonnent le toscin sur les graphismes, la direction artistique, les musiques et le système de combat profitant intelligemment du StreetPass. L'évolution un peu trop rapide du village et la nécessité de refaire les donjons refroidissent un peu l'ardeur jubilatoire procurée mais la maturité affichée du récit sait définitivement contrebalancer cette pépite dans la cours des grands. Il faudra que je constate tout ça de mes propres yeux. La cerise sur le gâteau: une suite a été annoncée.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 20:27
[Revue de test] GOLDEN SUN 2, L'Âge Perdu

                                          Le gros rayon de soleil de la GBA.

Sorti en 2003, la suite du sympathique Golden Sun reprend là où l'aventure s'était brusquement arrêté. A part JV.fr qui se freine au niveau de sa note, la plupart des sites se réjouissent de la richesse bien plus monstrueuse avec ses 8 personnages jouables, sa immense map où l'on peut naviguer librement et ses 72 Djinns disponibles. Moins linéaire avec un contenu bien supérieur, il était évident qu'avec ces arguments de taille ce RPG allait être reconnu comme l'un des plus gros morceaux de la GBA. La pénibilité des dialogues due à leur longueur est le principal point noir.

Partager cet article
Repost0