Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 00:31

FFXIII2pv1

 

Depuis ces derniers mois, l'actualité du RPG se montre particulièrement excitante. Face au double combo Skyrim/Witcher 2 du RPG occidental, Square-enix tape du poing sur la table et dégaine ce Final Fantasy XIII-2 pour démontrer d'une part que le Japon a encore son mot à dire sur cette génération HD et d'autre part, pallier l'attente interminable de Versus XIII.

 

Aprés le gros succés public de FF XIII et le lancement raté de FF XIV, Square revient à son bijou technologique, le moteur 3D crystal tools pour développer très rapidement un nouvel épisode de la compilation Fabula Nova Crystallis. Un an d'attente juste aprés l'annonce officielle début 2011, on peut dire que les concepteurs n'ont pas chomé. Une trentaine d'heures de jeu plus tard, voici un premier verdict.

 

Une introduction démentielle! 

Le début est tout aussi explosif que celui de son grand frère. On aperçoit Lightning, revêtant une armure de guerrière, déambuler au milieu d'une immense cité abandonnée, au nom très évocateur de Valhalla. Face à notre légendaire combattante se dresse Caius. C'est un combattant d'une classe folle lui cherchant rapidement querelle pour aboutir à une joute aussi impressionnante que celle de Cloud/Sephiroth à la fin d'Advent Children. Un plaisir bienvenu face à cette démonstration de force affichée par la superproduction de la firme nippone.

FFXIII2pv2

Ayant joué au précédent épisode, j'ai retrouvé facilement mes marques avec le système Paradigm. J'avoue avoir moyennement apprécié ce concept sur FFXIII (trop stressant par son dynamisme) mais quelques changements bienvenus permettent aux combats de trouver un meilleur équilibre. Tout d'abord, on respire en constatant la disparition de cette imbécile idée de défaite à la mort du leader. On peut désormais les interchanger en cours de combat et ça enlève une grosse épine du pied du joueur. Plusieurs jobs sont rapidement accessibles permettant déjà de nombreuses combinaisons. Les QTE sont sympas et ajoute un supplément de mise en scène très appréciable.

 

Quand Retour vers le Futur rencontre Pokemons.

Grossièrement, c'est ça FFXIII-2: un recyclage du bestiaire pour le recruter en troisième combattant durant les joutes, mélangé à des délires spatio-temporels qu'un certain Doc Brown n'aurait pas renié lui-même. On retrouve certains lieux (Oerba) et d'autres inédits comme Neo Bodhum, mélangés dans un organigramme appelé "Coeur de l'histoire".

FFXIII2pv3

Des portions de Gran Pulse et Cocoon se matérialiseront à des époques différentes (le AC de chaque date signifie Aprés la Chute) au fur et à mesure de la progression de l'intrigue principale. Chaque lieu a son lot de quêtes annexes permettant de dévier rapidement de l'aventure principale.

FFXIII2pv5

 

L'influence occidentale a finit par peser dans la balance et je ne vais pas m'en plaindre. On peut regretter de n'avoir que 2 personnages jouables même si on se doute que les "anciens" seront recrutables prochainement dans de futurs DLC.

 

DLC: Shocking! Les initiales maudites ont été prononcées.

La précommande du jeu chez une grande enseigne bien connue m'a permis de bénéficier gratuitement du DLC "combattre avec style" réunissant 2 costumes et le fameux boss secret Omega. Square annonce sans aucune ambiguïté la disponibilité de prochains DLC. Aucune envie de rentrer dans le lassant débat "c'est bien/pas bien" car le contenu de base de FFXIII-2 n'a rien à envier à ses grands frères: plusieurs fins différentes dont une secrète en réunissant les 160 fragments.

FFXIII2pv7

FFXIII2pv6J'ai succombé à l'épisode "Pile ou face" mettant en scène le chaleureux Sazh (et son fils) permettant ainsi de le recruter dans l'équipe. Ce DLC dispose de 2 jeux de cartes à Fortuna, clone du célèbre Gold Saucer de FFVII, dont le Poker Fortuna! Depuis le temps que je rêvais de jouer au poker dans un Final Fantasy, c'est désormais chose faite. Lightning est également disponible mais je ne l'ai pas acheté car sa présence plomberait la cohérence de l'intrigue. Par contre, j'attends son téléchargement scénarisé prévu pour mai, éclairant certaines zones d'ombre sur son combat face à Caius.

 

FFXIII2pv8

 

Un casting convaincant.

Le couple star Serah Farron/ Noël Kreiss assure le spectacle, surtout avec leur interprétation bien moins surjouée que ce qu'on a l'habitude d'assister. Un progrés notable de plus qui assoit davantage leur crédibilité. Même si Serah n'a pas la prestance de sa soeur ainée, elle affiche sa jolie frimousse et une maturité convaincante face à un Noël Kreiss qui crève l'écran, me faisant penser un peu à Zack Fair, le coté dragueur en moins. Et puis il y a Caius Ballad (Oui, ça ne s'invente pas un nom pareil!) où Square récidive dans le registre "antagoniste classe et tourmenté". Ce gardien immortel livre des scène touchantes en compagnie de la prophétesse Paddra Nsu-Yeul.

FFXIII2pv4

 

Une OST aux approches inédites.

Sujet également à débat, les musiques mélant voix chantée et rock agressif sont sympathiques à écouter mais j'avoue prendre un gros plaisir à réentendre les anciens morceaux, également présent dans l'aventure. La première OST d'Hamauzu était une sacrée réussite. L'ambiance envoutante de l'univers s'affiche efficacement mais vers le début j'ai eu du mal à m'immiscer dans le jeu. La mythologie de Square est riche, recherchée mais pas toujours accessible, nécessitant un réel investissement du joueur pour accrocher aux codes du background.

 

Je peux affirmer sans surprise que FFXIII-2 ne déçoit pas et renoue avec les ingrédients traditionnels de la saga, tout en s'adaptant aux nouvelles règles de cette génération de consoles. J'aurai bien aimé un open world sur Gran Pulse mais c'était sans doute trop demandé.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 23:02

                           /!\ SPOILERS INSIDE /!\

Skyrim AZURA

"Existe-t-il une vie aprés Skyrim?"

Il était évident qu'un deuxième article [partie vécue] s'imposait sans mal vu la richesse interminable du mammouth de Bethesda. Les aventures du Dovahkiin en Bordeciel continuent donc de plus belle avec une quête des compagnons palpitante, une multitude de donjons nettoyés et la traque implacable contre le fléau des rois.

 

Le précédent article s'arrêtait au moment de l'assaut du Gibet en compagnie de la belle Aela où il était question d'anéantir un groupe de chasseurs appelé La Main d'argent. La quête se conclut par la découverte du cadavre de Skjor, un des compagnons s'étant montré un peu trop téméraire pour cet assaut en solitaire. C'est le début d'une vengeance déclenchant la décision d'éradication totale de la Main d'argent.

Skyrim PV2 

Le joyau des tailleurs de pierre nains. 

Je décide de laisser les compagnons pour le moment et de continuer la quête principale. Mais un imprévu se produit dans la taverne de la jument pavoisée: un concours de breuverie trop arrosé me fait réveiller au sein de Markarth, une formidable ville taillée dans les montagnes de Druadash. C'est à son écurie que je décide d'acheter mon premier cheval, coûtant la coquette somme de 1000 pièces d'or. Prochaine destination: Fort-Ivar et ses 7000 marches sur la Gorge du monde pour atteindre le Haut Hrothgar, un monastère érigé sur le flanc ouest de la montagne afin de perfectionner mes cris d'enfant de dragon. 

Skyrim PV7A la découverte du sud-est de Bordeciel.

Atteindre Fort-Ivar nécessite un long trajet. Escorté de Lydia, j'en profite de découvrir une bonne dizaine de donjons parsemés tout le long de mon voyage: le tombeau d'Hillgrund, la demeure de Geirmund, Nilheim, le cap de Treva, l'impressionnante Cachette du Couteau Perdu ou bien encore la Grotte de Rocaxe. C'est évidemment la ville de Fallaise, capitale de la châtellerie sud-est qui reste la destination à ne pas manquer. Dans ses dédales souterrains se terre la cachette d'une célèbre guilde: celle des voleurs. L'autre clan renommé est celui des Roncenoir, très influent en Bordeciel et spécialisé dans la fabrication d'hydromel. Sur le marché de la ville, je ne tarde pas non plus à remarquer Mjoll, une splendide guerrière nordique surnommée "la lionne".

Skyrim PV8Un enfant de dragon très convoité.

La quête principale me fera connaitre Delphine, une mystérieuse aventurière de Rivebois, prête à m'aider non sans me demander plus tard certains services en échange de son aide. Cette belle blonde est loin d'être idiote et sait très bien ce qu'elle veut. Je n'en dis pas plus, à vous de décider si vous voulez adhérer à ses motivations ou non. Aprés bon nombres de services annexes rendus, je reviens à Jorrvaskr pour terminer une bonne fois pour toute la quête des compagnons.

Skyrim PV3

 

L'union sacrée sous l'oeil de Mara.

C'est dans le tombeau d'Ysgramor que s'achève cette belle aventure annexe, visant à respecter les dernières volontés de Kodlak concernant la déesse Hircine. Le nombre de prétendantes commence à s'agrandir et il est temps pour moi pour me choisir une compagne, afin de partager mon premier investissement immobilier à Blancherive. A ce niveau de jeu, j'ai le choix entre six femmes, deux commerçantes et quatre guerrières à savoir: Ysolda, Camilla Valerius, Uthgerd l'Inflexible, Ria, Njada et Aela la chasseuse. C'est sur cette dernière que s'arrête mon choix, comme je l'avais décidé bon nombre d'heures auparavant.

Skyrim PV4

Skyrim PV6

Skyrim PV5

 

Les trésors souterrains de Bordeciel.

Solitude est magnifique sur son arche rocheuse naturelle et les contrées enneigées à l'est cachent des vestiges visuellement fantastiques. En compagnie d'Aela, je me rend aux ruines dwemer de Mzinchaleft pour retrouver Sinistrale, l'épée que Mjoll la lionne m'a chargée de ramener. Les cités souterraines naines sont parmi les plus belles à contempler mais aussi très dangereuses à cause des gros centurions, des automates puissants hantant les lieux. J'ai d'ailleurs eu très chaud contre l'un d'eux.

 

Skyrim PV9

Il faut savoir qu'on n'est pas au bout de ses surprises avec les vestiges dwemer car elles m'ont conduit ensuite à une immense ville souterraine nommée Griffenoire, leur capitale en fait. On peut y accéder par d'autres ruines naines encore plus à l'est, en direction d'Aubétoile. Le plaisir d'exploration est sans limite dans Skyrim.

Skyrim PV10

Skyrim PV11

Plus de 120 heures de jeu.

Je suis thane à Blancherive et Fallaise, marié, possède un chien et un cheval. J'ai également terminé la quête principale, à faire absolument pour la découverte de l'antre d'Alduin, un lieu réservant des surprises sympathiques si on a achevé les quêtes de certaines guildes. J'ai commencé maintenant la quête de la reine louve pour devenir thane à Solitude.

Skyrim PV12

 

SKYRIM version PS3, la FAQ.

C'est sur la console de Sony que je m'éclate avec ce RPG. Qu'en est-il de la fiabilité de cette version? J'ai décidé d'en faire une petite FAQ pour éclairer des joueurs encore hésitant à l'achat du jeu. Je signale que je joue sur une PS3 slim achetée il y a deux ans, non connectée au net (sauf pour télécharger des mises à jours ou DLC gratuits). Comme aucune partie de Skyrim ne se ressemble, les réponses concernent évidemment mon expérience vécue personnelle.

Les freezes sont-ils nombreux?

En 125 heures de partie, je n'ai eu que 3 freezes, soit un freeze tous les 40 heures en moyenne. C'est très acceptable vu le nid intéractif qu'est le jeu.

Qu'en est-il des bugs?

A part des loups qui peuvent se figer une fois mort ou me retrouver bloqués dans un élément du décor, je n'ai pas eu de problème particulier. Néanmoins le jeu étant immense, certains joueurs ont eu des problèmes sur la quêtes des compagnons (à un moment bien précis) et j'ai du attendre la mise à jour de février pour pouvoir devenir thane à Fallaise.

Les très grosses sauvegardes de la PS3 font-elles ramer le jeu?

Oui hélas. Au bout de 8 Mo environ, j'ai commencé à avoir des ralentissements vers Fallaise, surtout pendant les déplacements à cheval. A partir de 12 Mo, ça laguait un peu dans les grosses villes. J'avais plus de 100 heures de partie. Je n'ai eu aucun problème dans l'exploration des donjons par contre.

Le patch 2.03 sorti en février est-il efficace contre ce problème de lag?

Oh oui, sans problème . Le patch a réduit ma sauvegarde de 3 Mo (je suis passé de 12 à 9 Mo!) et accélère le jeu de façon incroyable. La version PS3 retrouve une excellente fluidité. Une fois le patch installé, il faut lancer la sauvegarde puis l'écraser par une nouvelle pour voir la différence.  N'hésitez pas même à relancer le jeu si nécessaire. 

Conclusion?

Je suis très surpris par la solidité technique de ce titre sur console. Bethesda a fait de gros progrés sur la stabilité de leur jeu et c'est une bonne surprise. Avec le patch 2.03 disponible, on peut se procurer désormais la version PS3 sans hésiter.

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 21:16

TESVpr0

 

L'Enfant de dragon, l'Enfant de dragon, sur son honneur a juré,

De tenir le mal éloigné!

Les plus féroces ennemis mis en déroute par son cri,

Enfant de dragon, pour ta bénédiction nous venons prier!

 

C'est par ce refrain épique que s'affiche sobrement sur fond noir le titre de ce monument. Puissance du savoir-faire occidental en matière de RPG, la saga TES propose un nouvel épisode s'avérant aussi marquant que l'a été Morrowind sorti il y a bientôt 10 ans.

 

Il était une fois un prisonnier, appelé à devenir légende...

Je me réveille dans un chariot en compagnie d'autres prisonniers, un voleur de chevaux, un rebelle et son chef, le fameux Ulfric Sombrage. Ce dernier est célèbre pour s'être opposé à l'Empire afin de contester la loi des Thalmor, interdisant le culte du mythique dieu nordique, Talos, le héros de Bordeciel. Notre convoi s'arrête à Helgen, un fort de la Châtellerie d'Epervine, pour nous exécuter par décapitation. L'intervention inespérée d'un dragon interrompt ma mise à mort et la créature dévaste tout le fort tandis que je m'enfuis par le donjon.

TESVpr1

Aprés la sortie du dédale, Hadvar (celui m'ayant aidé à m'évader) m'indique de le rejoindre à Rivebois, un village de bûcheron situé bien plus bas. A partir de cet instant, me voilà libre d'explorer à ma guise les vastes contrées nordique de Bordeciel.

Je décide de partir vers l'Ouest en direction d'Epervine, la capitale locale. Je me rend vite compte que le chemin n'est pas de tout repos. Des loups, une cabane et des ruines plus en altitude croiseront ma route avant de me faire occire par trois brigands. Finalement, je relance ma sauvegarde pour partir en direction de Rivebois, non sans rencontrer une contrebandière avec son chien, prête à me vendre un peu de son butin.

    Arrivé au village des bûcherons, je résous une petite quête mêlant un triangle amoureux qui me vaudra un premier compagnon d'arme, un elfe appelé Faendal. Grace à lui, ma connaissance en archerie progresse à grande vitesse et nous partons tous les deux pour la sous-quête la plus importante du village: récupérer la Griffe d'or dans la tertre des chutes tourmentées.

TESVpr5bis

TESVpr6bis

 

Le plaisir d'explorer...

  Aprés le succès de cette mission, me voilà ami avec Lucan et sa soeur Camilla Valerius qui désormais n'est pas insensible à mon charme. Pour franchir le pas d'une union, il me faudrait une amulette de mara mais chaque chose en son temps. Je décide de me reposer chez Faendal avant de partir avec lui le lendemain pour la capitale Blancherive, dressée au milieu de l'immense toundra centrale de Bordeciel.

 TESVpr10

  Il y a tellement de choses à faire à Blancherive que j'essaie plutôt de me fixer sur la quête principale. Cela va me valoir d'affronter rapidement mon premier dragon non loin de la ville et découvrir mes capacités d'enfant dragon. Une fois les constatations faites par le dirigeant de Fort-Dragon, je me noie dans une multitudes de sous-quêtes comme aider une jolie veuve vendant des légumes à Blancherive ou nettoyer les camps de brigands perdus au milieu de la toundra, tout en observant les troupeaux de mammouths.  Néanmoins, je ne suis pas encore motivé à me frotter à ces bestioles, ni aux géants campant non loin de là.

TESVpr11bis

TESVpr2

Un périple mouvementé pour la vie du Vermidor.

  Une prêtesse me demande de sauver le Vermidor, arbre massif planté au milieu de Blancherive. Il faut d'abord en récolter la sève et la seule arme pouvant percer l'écorce est l'épée Fléortie, détenue par une harfreuse au Rocher orphelin. Et allez, c'est parti pour de nouvelles aventures. Je me lance dans cette odyssée en compagnie de la belle Lydia, une guerrière émérite et envoie mon fidèle Faendal retourner chez lui à Rivebois. Le Rocher orphelin se situe bien au dessus, aux environs d'Helgen là où à débuté mon aventure. TESVpr8

Sauf que je m'égare sur ma route pour arriver au fort Neograd, remplis d'assassins. Pas de problème, je me lance dans un grand nettoyage de printemps imprévu avant de repartir poursuivre ma quête. Mais ma curiosité me pousse à explorer juste quelques mètres plus au nord pour tomber sur un autre donjon que je nettoie là encore de ses occupants.

TESVpr3

Une sorcière et un dragon. 

Aprés tous ces égarements, je me lance enfin à l'assaut du Rocher orphelin occupé par une puissante harfreuse. Ses deux sous-fifres ne nous opposent pas beaucoup de résistance à Lydia et moi mais la chef est plus coriace. Isolée à la cime du rocher, elle lance des sorts surpuissants m'obligeant à foncer sur elle et l'abattre au corps à corps.

TESVpr9

  Je récupère Fléortie sur le cadavre de l'harfreuse et redescend vers Rivebois. La descente n'est pas évidente et il faut éviter les parois trop abruptes sous peine de chuter lourdement. J'arrive enfin aux environs familiers de Rivebois, non loin de la maison de Faendal. Entre-temps, j'aurais croisé et encore trucidé un groupe de bandits campant quelques mètres au dessus. Me promenant en plein village et pensant me reposer, je ne suis pas au bout de mes surprises avec l'assaut surprise d'un... dragon! Heureusement, j'avais prévenu Blancherive d'envoyer une troupe pour assurer la protection des lieux. Les soldats m'aident à abattre la créature et désormais, un gros squelette décore les allées.

TESVpr7

 

Réveiller  la bête qui est en soit.

De retour à Blancherive, je rend visite aux compagnons, le groupe de guerriers renommés du coin. Ils ont des connaissances aux maniements d'armes qui pourront me servir. Pour devenir un des leurs, je dois effectuer des quêtes afin de prouver ma valeur. Au bout de la seconde mission, je fais plus ample connaissance avec Aela, une autre guerrière qui m'apprend à me transformer... en loup-garou!

TESVpr4

Une durée de vie interminable? 

Il m'est arrivé bien plus de choses que celles décrites tout au long de cet article, preuve du contenu colossal du titre. Skyrim est un joyau, beau à regarder, enivrant par son ambiance inégalable et ses effets météo du plus bel effet. C'est une expérience à vivre au moins une fois pour les RPGistes et j'ai presque envie de conclure par : une fois qu'on a joué à Skyrim, on peut mourir tranquille.

TESVpr12

J'avance à mon rythme, profitant de contempler des paysages aussi beaux les uns que les autres. Vous l'avez compris, c'est un RPG à ne surtout pas rater.

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 20:35

DUOD1.jpgDeux ans aprés sa prestation en Europe, le choc  titanesque de Square enix au casting cinq étoiles repointe le bout de son nez. Projet crée spécialement pour fêter les 20 ans de la célèbre saga à double consonne et accessoirement jeu le plus piraté de la PSP (réputation dont il se serait bien passé sur ce coups là), Dissidia revient avec son annexe baptisée "Duodecim", possédant des bonus supplémentaires fort alléchants pour tout fan qui se respecte. 

Petite précision avant de débuter cet article: je n'ai que 10 heures de partie environ, donc j'agrandirai cet article au fur et à mesure de ma progression. Au moment où j'écris ces lignes j'ai fait une pause, faute à la sortie d'une autre grosse production commencée sur PSP, sortie juste une semaine aprés Duodecim: The 3rd Birthday  (dont mon avis sera bientôt mis en ligne). Néanmoins, mon expérience d'une dizaine d'heure permet déjà d'avoir une certaine idée de ma motivation à rempiler  ou pas.

 

Les guerrières à l'honneur. 

Le précédent épisode fit la part belle aux mâles dominants car les rôles principaux furent pratiquement tous masculins. Pour le casting bonus, Square opte pour l'équilibre: sur les 8 nouveaux personnages, la moitié est féminin avec l'incontournable Lightning (FFXIII) en tête. Fidèle à elle même dès le début du jeu, elle grogne aprés Laguna (FFVIII), responsable de l'égarement du groupe avec son sens de l'orientation prodigieux. La fulgurante "gunbladeuse" se joue en alternant 3 rôles dont l'un d'entre eux permet d'accroitre sa bravoure. Je dois avouer que jongler avec ses jobs en plein feu de l'action n'est pas chose aisée au début et qu'il m'a fallut un certain temps pour m'habituer. 

Passons maintenant à la cheatée du nouveau groupe: Yuna de FFX! La prêtesse n'attaque qu'avec ses invocations (Ifrit, Shiva et autre Ixion...) qui s'avèrent dévastatrices. Pour le moment, c'est avec elle que j'ai eu le plus de facilité car ses créatures surpuissantes nettoient tout ce qui bouge, de long en large et du sol au plafond. 

DUOD2.jpg

 

Quel gameplay choisir? 

J'avais aligné quelques 150 heures de partie sur le précédent épisode et remettre le couvert n'était pas chose gagnée malgré le système de combat très bien étudié. Finalement, la solution s'est imposée d'elle même dès le début: on peut choisir le mode combat ou RPG. Ce dernier permet simplement d'appuyer sur les boutons pour lancer ses attaques sans se soucier du déplacement du combattant. Il faut juste s'inquiéter du timing surtout quand le combat passe en mode poursuite où il faut être très précis et rapide. En gros, on pourrait appeler ça "le mode flemmard", me convenant très bien pour ce nouveau cycle du bien contre le mal. Je précise que le mode combat reste inchangé dans sa maniabilité et qu'on retrouve vite ses habitudes. L'ajout d'un personnage support est également une très bonne idée, permettant un échappatoire en cas d'acharnement de l'opposant.

DUOD3.jpg

 

Une world-map disponible et des damiers changés.

Autre gros changement: la carte du premier monde de la série qu'on peut explorer comme à la bonne vieille époque des 32 bits.  Lorsqu'on rencontre un portail, on passe en mode damier. Les déplacements au sein de ces derniers s'avèrent plus funs car ils ne sont plus limités. Le plaisir tactique est bien présent grâce à la volonté laissé au joueur de multiplier ses KP (La monnaie des Mogs), en enchainant le plus possible de combats. Mais attention aux imprudences car les retournements de situations sont légendaires dans Dissidia et son système de combat de fou. 

J'ai stoppé le jeu au moment où je dirigeais Kain. L'impression est la même que le précédent épisode: très bonne, en attendant le déblocage du contenu, énorme jusqu'à plus soif.  

Terminons ce paragraphe par une fausse note: la localisation française est baclée avec la présence de termes anglais dans les phrases de la langue de Molière. Pourquoi une telle abérration alors que Dissidia avait été entièrement traduit? Ca fait longtemps que je ne cherche plus à comprendre ladite "logique" frappant la localisation des productions japonaises, destinée finalement à rester marginale. C'est dommage pour notre pays, étant quand même le 2e plus gros consommateur de manga/culture japonaise de la planète.

 

Des bonus téléchargeables à la pelle! (mise à jour  le 17/04/11)

Ne comptez pas sur moi pour vous parler de Prologus vu que c'est un DLC payant. Ne faisant pas partie de ma politique de payer pour du surplus anecdotique pouvant largement être incorporé dans le jeu initial, j'en ai par contre profité pour utiliser tous les codes fournis concernant les costumes bonus. De nombreuses tuniques inédites peuvent être rajoutées à nos fashionista préférées ce qui est appréciable... Tant que c'est gratuit bien sur!

Voici toute une pelletée d'images que j'ai faites une fois ces bonus téléchargés.

DUOD4bis

DUOD5

DUOD6

DUOD7

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 19:17

 

SO4pr1

   Suite à une troisième guerre mondiale apocalyptique, l'USTA fut créée dans le but d'organiser des voyages spaciaux et découvrir de nouvelles planètes d'accueil pour l'espèce humaine. Parmi ces explorateurs de l'espace, Edge et Reimi, 2 amis d'enfance et membre de la SRF (Space Reconnaissance Force) partent à bord du Calnus, accompagné de 4 autres vaisseaux. Mais un évènement inattendu va séparer la flotte et le Calnus est obligé de s'échouer sur Aeos, une planète inhabitée ou presque... L'odyssée "Star Trekienne" peut alors commencer.

 

  Aprés un 3e épisode inoubliable pour son horrible twist et surtout son OST majestueuse, l'arrivée du 4e volet sur console HD était très attendu. Sauf que chronologiquement, Tri ace préfère revenir en arrière bien avant le tout premier opus de la série plutôt que de poursuivre sur les bases établies de Till The End of Time. On s'en contentera.

SO4pr3

 

Mes yeux! Mes yeux!!

  Les graphismes éblouissent et le terme est faible. Certes magnifiques, ils disposent d'une luminosité très prononcée au point d'obliger notre pauvre rétine à s'habituer à une telle agression. Pas de panique, on s'y fait assez rapidement une fois le choc encaissé. La modélisation des personnages a été sujet à débat à cause du typé manga réaliste donnant l'impression de diriger des poupées de cire mais cet aspect controversé avait déjà fait ses preuves dans l'excellent Xenosaga III sur PS2. Retrouver ce choix artistique sur un nouveau space opera à la japonaise ne m'a pas posé le moindre problème. Tri ace a vraiment mis les moyens pour sa super production au risque de nous rendre aveugle, serais-je tenté de préciser.

SO4pr2

Le RPG de tous les excès?

Avec ses 900 battle trophies, sa cinématique d'assaut final excédant les 30 min de durée, ses centaines de quêtes, de recettes, ses 2 boss secrets à battre à 3 reprises (il parait que la Reine Ethérée avoisine les 60 millions de PV dans le mode de difficulté le plus ardu)  et son classement dans les 5 jeux les plus difficiles à platiner sur PS3, on peut dire que Tri ace n'y est pas allé par 4 chemins sur la richesse du contenu. Si le défi (grotesque?) de platiner ce RPG a le mérite de provoquer les plus hardcores, il faut reconnaitre que la difficulté habituelle m'a paru plus surmontable, sans doute parce que je m'étais davantage préparé? Pas seulement...

 

SO4pr4

SO4pr5

Plus casual que les précédent?

Mettre le mot "casual" dans un article traitant de Star Ocean peut sembler très déplacé mais certaines idées comme la présence d'une borne réinitialisant les HP/MP du groupe en plein donjon facilite grandement l'exploration, pour la rendre plus ludique. J'approuve. Que les masochistes aimant souffrir se rassurent: le vaisseau mère cardanien fait office de grand moment en matière de donjon long et retors. Le système de création d'item est simple et accessible assez rapidement dans l'intrigue. Par contre, être obligé de revenir sans arrêt au vaisseau pour jouer les bricoleurs peut gagner en lourdeur. Heureusement, la présence de téléporteurs une fois la dernière planète atteinte facilite les déplacements. Très appréciable aussi de pouvoir faire rentrer dans l'arène de combat les personnages assis au banc des remplaçants car le "Game Over" ne s'affichera que lorsque la troupe complète sera décimée. Le boss final se torche les doigts dans le nez au niveau 110  avec un très bon équipement synthétisé (pensez à l'amulette anti-citrouille) alors que terrasser l'abominable Indalecio avec le même niveau dans Star Ocean 2 relève de l'exploit.

SO4pr9

 

SO4pr11

Un système de combat en béton armé.

    Est-ce réellement une surprise? Pas vraiment et j'irais même plus loin en affirmant qu'il s'agit du plus abouti car pour arriver à me coller 150 heures de partie sauvegardée, il faut vraiment être costaud question mécanisme de gameplay. Les joutes font honneur à la réputation de la saga avec quelques subtilités  et autres nouveautés à découvrir. La jauge vitesse permet de se lâcher sans interruption sur l'adversaire tandis que le "blindside" fait passer le combattant dans le dos de l'opposant pour y mettre la raclée de sa vie. Si votre leader fait jonction avec un membre de l'équipe, un enchainement sous forme de QTE sera proposé pour le rendre le plus destructeur possible. A cela se rajoute le tableau de bonus où des pastilles de diffèrentes couleurs assurent un surplus d'HP, MP, argent ou Exp à la fin de chaque bataille, suivant des conditions d'action. Si certains membres de votre équipe assure une bonne polyvalence (Edge forcèment), d'autres ont des atouts très prononcés comme Meracle la cat-girl, véritable furie au combat corps à corps ou encore Sarah, adorable gourde se révèlant comme l'une des meilleures soigneuses jamais vu dans un RPG. Si Lym est une magicienne offensive hors pair et tout de même bonne soigneuse, elle est loin dans ce domaine d'arriver à la cheville de la fille ailée, la différence étant flagrante lorsque cette dernière participent aux rixes. N'oublions pas non plus Reimi, véritable "lethal weapon" à distance avec son arc dont on aura du mal à se passer dans les affrontements les plus ardus.

 

SO4pr6

 

SO4pr7

 

Des items et sous-quêtes à foison.

  L'inventaire d'équipement est si énorme qu'on passera plusieurs minutes ou même facilement une heure à faire des essais de synthèse pour avoir la meilleure configuration possible. Pour être franc, de nombreux objets font office de remplissage car on ne s'attardera vraiment que sur les plus performants pour mettre de coté les intermédiaires.  Nombre de sous-quêtes sont à réaliser surtout sur Roak où il ne faut pas avoir peur de compter les aller-retour incessants entre les 3 gros villages médiévaux, superbement modélisés, donnant la sensation de se retrouver dans un mini Elder Scroll. Accomplissez toutes les commissions demandées par une boutique et le marchand vous fera une ristourne sur ses produits. Enfin, n'hésitez pas à fouler le sable du gros colisée de Tatroi avec un équipement dopé de riz de curry offrant des bonus d'Exp à tire-larigot, absolument nécessaires pour gagner du temps à franchir les 255 niveaux d'évolution de vos personnages. C'est surtout dans les derniers adversaires du classement qu'on profitera d'une montée en puissance assez rapide (environ 1 niveau franchi tous les 2 combats).

SO4pr8

SO4pr10

Un casting qui ne manque pas d'humour et une OST appliquée.

  Durant le voyage entre chaque planète (7 au total dont 5 à revisiter à loisir), les personnages mettent l'ambiance au sein du Calnus à condition de bien les faire intéragir entre eux. De nombreuses cut-scenes cachées sont à découvrir, souvent drôles (Pauvre Reimi, interrompue par deux fois sous sa douche) ou émouvantes (Lym...). Coté musique, notre cher Saku devait faire mieux que son précédent chef d'oeuvre, mission quasi-impossible. Il ne démérite pas, loin de là en signant une OST soignée dont son seul défaut est de passer aprés celle inoubliable de Till The End of Time. On retiendra des morceaux de bravoure tel que Role to play ou encore les nombreux thèmes de combat dont un remix de celui du deuxième épisode. Seul I do, Therefore I'am faisant office de boss theme est lourd à écouter, révélant les mauvais cotés de la Sakuraba touch'.

Comme son grand frère, The Last Hope offre une intrigue au rythme en dent de scie avec quelques retournements de situations appréciables sur certaines destinées mais rien de comparable au précédent coup de massue sur l'univers de la licence (Aaaah, le CD2 de SO 3...).

 

SO4pr12

 

Moins marquant mais plus prenant!

 Tout est dans le titre: je suis resté beaucoup plus longtemps sur ce dernier épisode (150h) mais l'épisode sur PS2 reste le plus marquant. Cela dit, The Last Hope est énorme et fait honneur comme il se doit à la série. Un gros morceau du RPG sur lequel on en a vraiment pour son argent, comme d'habitude.

Partager cet article
Repost0