Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 23:10
FINAL FANTASY XIII épisode 0 - Promise - [Livre, Actu]

Après le succès du roman A Way to a Smile sorti en avril, les éditions Lumen récidivent et s’attaquent cette fois-ci à l’épisode 0 de Final Fantasy XIII : deux romans pour deux épisodes à la popularité aux antipodes. Pour ce nouvel ouvrage, le contenu est énorme : 7 chapitres étalés sur 350 pages… Oui, l’épisode 0 est plus dense que A Way to a Smile et même meilleur ! Explications.

 

On se souvient tous du début explosif de Final Fantasy XIII avec l’arrivée du train de la purge dans la cité suspendue. Tous les personnages principaux (ou presque !) était présentés au beau milieu d’une guérilla spectaculaire et il fallait vite s’attacher à chaque individualité dans ce gros bordel. Pas évident… Surtout que certains d’entre eux comme Lightning, Sazh ou Hoppe avaient en tête plus des intérêts solos que la solidarité groupée, à l’inverse de Snow. Je me souviens avoir trouvé bon nombre de personnages antipathiques à l’époque, Lightning en tête.

L’épisode 0 va corriger tout cela. Pour les deux ou trois retardataires du fond qui n’auraient pas encore fait la trilogie Lightning, profitez de l’initiative des éditions Lumen en vous plongeant dans ce roman racontant les treize jours précédant l’intrigue de FFXIII. Il saura amener en douceur  la présentation des différents héros, plongés dans leur vie « normale » avant que le réveil de deux l’Cie dans les vestiges de Bodhum ne fasse tout basculer.

FINAL FANTASY XIII épisode 0 - Promise - [Livre, Actu]

Chapitre I : Rencontre

Un de mes chapitres préférés vu qu’il décrit le quotidien des soeurs Farron à Bodhum. Les parents des deux orphelines maudites par le destin y sont évoqués par des souvenirs touchants, comme l’attention de Lightning au chevet de sa mère mourante. Ces derniers temps et à cause de son travail, la soldat d’élite réalise qu’elle a négligé l’attention portée à sa sœur cadette et promet de réparer tout cela le jour de son anniversaire. Pendant ce temps, Serah rode autour des vestiges de la cité balnéaire…

Chapitre II : En terre étrangère

Voici l’un des chapitres les plus utiles. Il est question de raconter en détail la découverte de Cocoon par Fang et Vanille juste après leur réveil. Dans le RPG, je me souviens à l’époque avoir été surpris par la facile adaptation des deux guerrières endormies depuis plusieurs siècles dans ce monde moderne. Une incohérence rectifiée par le roman qui prend la peine de décrire le sentiment perplexe des deux l’Cies face à la connaissance de ces nouveaux mœurs. Pour des questions de rythme, on peut comprendre que toute cette partie de l’histoire n’ait pas été racontée dans le jeu.

Chapitre III : Un trésor à nul autre pareil

Un très bon chapitre dédié à Sazh et son fils. De l’achat au bébé chocobo à l’attentat de la centrale d’Euride, l’intensité est très bonne renforcée par la rencontre Sazh/Nabaat, l’officier haut-gradé féminin de la PSICOM, malheureusement transparente dans le RPG. On découvre à travers le drame du papa pilote tout le cynisme et la froideur de cette agence militaire entièrement dédié aux intérêt du gouvernement religieux de Cocoon.

Chapitre IV : Recherches

Peut-être le chapitre le plus important du livre. Il comble grandement une partie scénaristique encore survolée dans Final Fantasy XIII : la capture de Fang par la Cavalerie (la Brigade réaction longue distance) menée par Raines et Rygdea. Se déroulant juste après l’attentat de la centrale énergétique, la belle amazone brune recherche Vanille dont elle avait été contrainte de se séparer pendant leur offensive terroriste. Recherchée par la PSICOM, elle est finalement attrapée par Rygdea et lui fait découvrir les rivalités entre les administrations militaires de l’ordre religieux de Cocoon.  La meilleure partie du livre.

Chapitre V : Amis

Au tour de Hope d’entrer en scène. Beaucoup plus dispensable, ce chapitre raconte un des souvenirs du jeune homme lors d’une visite scolaire avec ses deux meilleurs amis dans la forêt de Sunleth. Sa relation chaotique avec son père reste néanmoins évoquée, renforçant la cohérence avec le jeu.

Chapitre VI : Cadeau

Retour du couple Serah/Snow où est racontée en détail leur journée de shopping à Bodhum dans le quartier commerçant, durant laquelle les symboliques cadeaux tel que le poignard de Lightning et le pendentif de Serah sont achetés. Intéressant à lire sans être le plus passionnant.

Chapitre VII : Demain

Dernier chapitre faisant le lien direct avec le début de FFXIII : l’embarquement du train de la purge vers la cité suspendue. Commençant d’abord par expliquer le pourquoi du comment Fang et Vanille sont devenues l’Cie, la suite du récit se recentre sur la candide rousse, en plein déni de ses responsabilités, voulant  fuir cette Tâche d’élue qui l’étouffe. L’odyssée éprouvante et spirituelle pour tous ces destins (qui se croisent plusieurs fois dans les chapitres et sans se connaitre) est en marche. L’envie de se (re)lancer dans FFXIII est bien là après la lecture de cet excellent roman.

 

Si comme A Way To A Smile, les ventes suivent, on peut espérer  la commercialisation des récits dédiés à FF XIII-2 et Lightning Returns.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 19:06
ONE THE WAY TO A SMILE: Final Fantasy VII [Livre, Actu]

L'actualité de Final Fantasy est très prolifique durant ce premier semestre. Entre la sortie de Lightning returns (dont un gros, très gros article envahira ces colonnes d'ici quelques jours), de la compilation FFX en HD, de Final Fantasy XIV sur PS4 et de cette nouvelle de Nojima sur Final Fantasy VII édité chez Lumen, la fan base ne sait plus trop où donner de la tête. Il ne manquerait plus qu'on se plaigne.

 

Acheté la semaine de sa sortie, il était impensable de rater cet petit évènement dans notre beau pays. Ecrit par le scénariste lui-même, On The Way To A Smile se situe entre le légendaire RPG daté de 1997 et le très bon film sorti en 2006. Concernant ce dernier, pour ceux qui l'ignorerait, la version complète sur support blu-ray permettait de visionner en OAV la destiné de Denzel, retracée dans le livre.

ONE THE WAY TO A SMILE: Final Fantasy VII [Livre, Actu]

Les 288 pages sont divisées en 6 épisodes, chacun est dédié à un personnage faisant office de héros du chapitre. Chacun est ensuite séparé d'un petit récit racontant (sans la nommer) la vision d'Aerith dans la rivière de la vie confrontée à une contamination peu réjouissante et aussi à son responsable, Sephiroth (jamais nommé lui non plus). Ces extraits sur la rivière de la vie sont bien écrits et renforcent davantage la cohérence avec le film. Les autres héros centraux sont:

Episode 1 - Denzel

Episode 2 - Tifa

Episode 3 - Barret

Episode 4 - Nanaki

Episode 5 - Yuffie

Episode 6 - Shinra

Le chapitre sur Denzel est excellent et bien fidèle à l'OAV. J'ai trouvé celui sur Tifa assez triste et émouvant, racontant son quotidien de "couple" avec Cloud complètement torturé. Le fantôme d'Aerith les empêche de se rapprocher mais à défaut se mieux, ils vivent sous le même toit. Les héros redevienne finalement des personnes comme les autres, confrontés à une routine aussi exaspérante. Tenter de sauver le monde est décidément plus excitant. L'apparition du liquide noir gâche la fête et les conséquences du météore sont lourdes malgré le sauvetage de la rivière de la vie. Si les épisodes sur Barret, Nanaki et Yuffie m'ont moins passionné, le dernier chapitre dédié à Rufus Shrinra est très riche, détaillant comment le personnage échappe à une mort annoncée suite à la destruction massive de son bureau.

Un ouvrage fortement conseillé aux fans évidemment.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 21:40
HYRULE HISTORIA [Soleil Manga, Actu]

Présentation du livre.

L'ouvrage fait globalement 275 pages avec une préface rédigée par Shigeru Miyamoto, une présentation du monde de Skyward Sword (l'épisode sur lequel le bouquin s'attarde le plus, vu qu'il est le commencement de tout) suivie d'une chronologie d'Hyrule: ces 2 rubriques tiennent sur environ 130 pages. Ensuite sur la seconde moitié du contenu, c'est un enchainement de croquis préparatoires dédiés aux nombreux épisodes de la série. Un manga sur Skyward Sword clôture cette belle encyclopédie, entièrement traduite par Florent Gorges, bien connu pour ses ouvrages sur Nintendo.

HYRULE HISTORIA [Soleil Manga, Actu]

Plus visuel que littéraire.

Une fois terminé, on a plus l'impression d'avoir feuilleté un gros artbook. C'est la rubrique chronologie qui fait office de rubrique textuelle, écrite assez gros, bien aérée et très illustrée. Mais il faut savoir que les pages de croquis sont remplies de notes, ce qui fait finalement autant de lecture. Malgré tous ses visuels, il faudra plus d'une journée pour arriver au bout d'Hyrule Historia, du moins en ce qui me concerne, j'ai pris mon temps.

HYRULE HISTORIA [Soleil Manga, Actu]

Un très beau livre d'illustrations.

Cette encyclopédie contrebalance avec l'ouvrage de Pix'n Love, ZELDA Chronique d'une saga légendaire, uniquement textuel comme ceux de La Légende Final Fantasy VII, VIII et IX sortis il y a quelques mois. Le format est différent ainsi que son concept, peut-être moins lourd à parcourir au fil des pages que les oeuvres de Pix'n Love. Même si on sait que concevoir un jeu vidéo est diaboliquement complexe, on reste toujours bluffé par la quantité de détails étudiés sur chaques pages de croquis. Les fans de la licence Zelda ne passeront pas à coté et ils auront raison.

HYRULE HISTORIA [Soleil Manga, Actu]
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 20:06
LA LEGENDE FINAL FANTASY VIII et IX [Pix'n'Love, Actu]

Présentation des livres.

En attendant ZELDA: Hyrule Historia, l'autre évènement bouquin RPG de la rentrée sont les deux magnifiques ouvrages édités par Pix'n' love consacrés respectivement à Final Fantasy VIII et Final Fantasy IX. Celui consacré à Final Fantasy VII, sorti depuis un bon moment, ne devrait pas tarder à me parvenir.

Le prix est d'environ 20€ et chaque livre fait 200 pages avec du papier d'excellente qualité (un grain bien épais) et une couverture en dur. Il n'y a aucune image, aucun artwork ou screenshot: que du texte! Une bonne chose car les visuels vu 50000 fois et connus par coeur, c'était inutile d'en remettre une couche.

J'ai fini de lire le tome dédié à FFVIII (celui de FFIX est encore sous cellophane) et peut désormais donner un premier avis. Le premier quart du bouquin raconte tout le scénario du 8e épisode en exposant bien tous les éléments de l'univers et comment ils interagissent entre eux, bien avant de narrer les premières heures passées à la BGU.

LA LEGENDE FINAL FANTASY VIII et IX [Pix'n'Love, Actu]

Anecdotes, théories, point de vue...

... ne manquent pas et l'occasion de replonger dans cet étrange univers de sorcellerie réveillera forcément de très bons (ou mauvais) souvenirs. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, l'ouvrage démontre méticuleusement à quel point Final Fantasy VIII a un monde ultra-complexe et fouillé. Tout y passe: l'histoire de la civilisation disparue de Centra, l'héritage des sorcières, la guerre occulte ou encore le mythe fondateur Hyne.

En lisant (ou dévorant plutôt) les pages, il y a plein de détails que j'avais forcément oublié avec le temps. Le vécu datant de 1999, c'est avec un certain plaisir qu'on (re)découvre tout cela, non sans risquer le mal de tête car les voyages dans le temps, c'est toujours compliqué. Les incohérences ne sont pas oubliés comme celle des SeeD blancs trouvés dans le futur.

LA LEGENDE FINAL FANTASY VIII et IX [Pix'n'Love, Actu]

Incontournable mais...

Rédigé avec passion par Rémy Lopez, on ressent à la fin de la lecture les mêmes sentiments qu'une partie finie de Final Fantasy VIII: exalté mais frustré par les 2 trous béants du récit, à savoir les origines de la compression temporelle et d'Ultimecia.

L'auteur fait l'effort de fouiller chaque piste (des pours et des contres) en essayant d'apporter du concret mais ça reste bien sur l'interprétation de l'auteur. Sa théorie sur la manière qu'Adel a découvert l'existence d'Ellone est plutôt solide. Celle concernant Linoa et Ultimecia est évoquée sur au moins 6 pages. Malgré le démenti de Nomura himself et l'argument d'un Ultimania affirmant qu'une sorcière a la même durée de vie qu'une humaine, cette tenace théorie perdure encore car les incohérences du récit permettent de bricoler n'importe quelle interprétation. Pourtant, Square enix pourrait la tuer dans l'oeuf en publiant simplement, dans un guide ou une nouvelle, l'enfance et le vécu de cette sorcière mégalomane dont les motivations échappent à tout le monde.

J'ai pu malheureusement constaté 3 ou 4 fautes de frappe dans le bouquin mais la finition très pro dans sa conception et la nostalgie de relire les exploits du lion balafré feront facilement oublier ces petits désagréments.

 

La légende Final Fantasy IX (Mise à jour de l'aticle le 22/09/13)

Ayant fini de lire également la dernière bible sur le 9e volet, je constate que sur les 200 pages qui la composent, 160 auraient largement suffi. A partir du chapitre 7, l'ouvrage devient pénible à lire à cause d'un étalage de références et d'exemples pour justifier le fonctionnement même du J-RPG et l'existence d'anecdotes dans Final Fantasy IX.

L'auteur étale sur des pages sa culture geek sur l'origine du JDR, du cinéma, la littérature et les série TV (même Columbo est cité en exemple...) dont on se fout un peu. C'est lourd au point de perdre le fil sur le sujet initial abordé.

Voilà pour les défauts. Après le reste est de qualité et vaut le précédent ouvrage dans sa construction. Les causes sur le succès mitigé de cet épisode par rapport aux deux précédents sont évoquées sur lesquelles je suis plutôt d'accord.

On y apprend aussi les raisons personnelles de Sakaguchi l'ayant poussé à aborder la philosophie de vie et de mort dans cet épisode. Son récit bien construit et quasi-complet n'empêche pas certaines interrogations où l'opinion propre du joueur est mise à contribution: que devient réellement Kuja? Qui est Darkness, ce boss imprévu?

Des questions soulevées dans le livre avec des tentatives de réponses qui sont bienvenues. Les bouquins consacrés à la 9e dernière fantaisie sont inexistants en France et celui-ci, malgré son contenu inintéressant à mes yeux sur les 40 dernières pages,  pourra compenser un manque chez le fan ayant vénéré cet épisode.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 20:10

IG mag spécial RPG

 

Présentation.

Vous devez surement connaitre IG Magazine... Depuis le 25 octobre dernier, il existe en librairie cette petite encyclopédie de 160 pages entièrement dédiée au genre massif qu'est le RPG.

Me tenant peu au courant de l'actualité de la presse vidéoludique, j'ignorais complètement l'existence de cet ouvrage. Malgré une couverture orange bien moche (une couleur marron sobre imitant un vieux grimoire aurait été plus appropriée) et un prix costaud (18,90 €), je tente l'aventure.

 

Un contenu riche en texte.

Traçant la carrière du jeu de rôle à son aspect plateau puis jeu vidéo, ce livre permet surtout au non-initié de découvrir les licences les plus marquantes du genre, quelles soient occidentales (The Witcher, The Elder Scrolls, Ultima, Baldur's Gate...) et bien sur japonaises (Dragon Quest, Final Fantasy, Xenosaga...). Le MMO est aussi traité ainsi que le Tactical. Concernant ce dernier, la rédaction signale à juste titre qu'il se meurt à petit feu. Heureusement, Fire Emblem et Nippon Ichi sont là pour éviter le naufrage.

 

Des articles thématiques.

J'ai eu un léger lever de sourcil en remarquant l'absence d'évocation de la licence Star Ocean dans l'article "Les RPG et la science-fiction". Un autre article au titre intéressant "Où en est le RPG aujourd'hui?" dénonce une simplication du gameplay des dernières licences pour plaire à un plus grand nombre de joueurs: les coûts de développement ayant explosé et les consommateurs manquant de temps, la pression du marketing ne cesse forcément de croître. Je suis assez d'accord avec les propos tenus concernant la priorité à l'action et non plus à la réflexion avant d'agir. Le paradigm Shift system de FF XIII en est le meilleur exemple, hélas.

 

A acheter ou pas?

Une initiative à encourager malgré son prix: beaucoup de lecture et très peu d'images. Il n'est jamais trop tard pour enrichir ses connaissances sur les origines d'une licence qu'on n'a pas fait.

Partager cet article
Repost0