Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 12:28

 SO4

 

8 GRAPHISMES

Soignés et surtout très lumineux, le titre impressionne par ses effets visuels gigantesques pendant les combats. Par contre, la modélisation des personnages déplaira à certains.

 

9 SYSTEME DE COMBAT
Le plus abouti de la série. Accroché pendant 150h, le levelling au colisée m'a fait défiler les heures sans les voir passer. De belles subtilités tactiques et bourrines à découvrir.

 

8 MUSIQUES
Sakuraba devait surpasser ses propres travaux sur le précédent épisode, ce qui était humainement impossible. Mais les thèmes mémorables sont bien présents (Roles to Play)!

 

8 PERSONNAGE
Edge arrive à exister contrairement aux précédents héros trop transparents. On retient aussi la petite et inquiétante Lymle. Le reste remplit le cahier des charges habituelles avec talent.

 

6 SCENARIO
Malgré une cinématique d'assaut final déjà culte d'une longueur incroyable (35 min!) et une surprise sur le boss de fin, le rythme peine à s'imposer comme d'habitude dans cette licence.

 

  Vous pouvez lire mon avis plus développé à cet article:

                       STAR OCEAN 4 [Partie vécue]

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 19:45

SUIKO5manga

 

"Plus jamais je n'aurai d'hésitations!"

C'est sur cette dernière réplique du prince Ardil que se clôture l'exceptionnel 4e tome du manga tiré du rpg éponyme. En fermant le bouquin, j'ai eu presque envie de crier: "Whaououu!"

A mes yeux, Suikoden V est absolument la bonne surprise de cette année en matière d'adaptation manga. Alors attention, il n'est pas parfait car les 4 volumes sont, comme on s'en doute, insuffisants pour conter la richesse de l'intrigue. Il est question de narrer le début du jeu, à savoir les jeux sacrés jusqu'à la fameuse chute de Falena avec l'assaut du palais traumatisant nombre de joueurs par son dénouement tragique.

 

SUIKO5manga1

On notera quelques approches différentes sur certains personnages mais j'y reviendrai plus tard. Les fans du 5e opus seront comblés, ils sont tous là: Ardil (le héros), sa soeur Lymsleia, leur parents Arshtat et Feris, le grand Georg Prim (vous pouvez le surnommer "maitre" ou "Dieu", c'est pareil), Lyon, Kyle le dragueur, Miakis, Galleon, Sialeeds, les Godwin etc...Dès les premières pages du 1e volume, on sent qu'on va passer un excellent moment.

SUIKO5manga2

Oh oui, qu'on va se régaler! D'abord, première question: celui n'ayant pas fait le RPG doit-il lire le manga. Je réponds "ET COMMENT!" car même s'il ne comprendra pas tout (les histoires parallèles par exemple), une fois la lecture bouclée, il n'aura qu'une envie: trouver coûte que coûte le RPG pour laver l'affront par lui-même, avec cette seule pensée obsédant son esprit: "Je vais vous faire la peau, salopards de Godwiiin!!". Les planches signées Mizuki Tsuge sont de grande qualité, en particulier les gros plans des visages faisant ressentir toute leurs émotions au lecteur.

En personnage de grande reine, Arshtat est peut-être ce qui s'est fait de mieux et de plus marquant dans le genre RPG. Forte, responsable, fragile, attendrissante et sévère avec ses enfants, le manga fait littéralement exploser la jeune femme au premier plan, aussi rayonnante que sa Rune Solaire, fardeau surhumain à porter dont elle accepte la difficile tâche pour préserver une paix bien fragile.

SUIKO5manga5

 Les deux premiers tomes mettent en place tous les personnages en présentant leurs caractères et leurs motivations pendant les Jeux Sacrés où complots et stratagèmes entre clans sont de mises. Le vainqueur des jeux aura l'honneur de devenir l'époux légitime de la jeune princesse Lym, soeur du prince Ardil. Une victoire présentant donc un tel intérêt au point que certains participants ne reculeront devant rien pour l'obtenir. Gizel Godwin veut s'emparer de Sol-Falena et le couple royal Arshtat-Ferid devra contrecarrer les noirs dessins qui les guettent pour survivre.

SUIKO5manga3

Comme je le disais au début de l'article, la relation entre certains protagonistes a été traité un peu différemment du jeu. Le cas de Lymsleia avec son grand frère est le plus flagrant exemple. En effet, la jeune princesse se montre très froide envers Ardil lors de son retour de Lordlake alors que dans le jeu, elle lui saute au cou au point presque de l'étouffer. Plus tard dans le 3e tome, Lymsleia fait une fugue pendant les Jeux Sacrés avant de se faire capturer avec Marino dans la cabane en forêt, évènement totalement absent le RPG où il est seulement question de la libération de la belle aubergiste, amoureuse de Belcoot. Ces changements ne nuisent en rien à la cohérence de l'intrigue et bien au contraire, Lymsleia en ressort grandie.

SUIKO5manga4

  Enfin arrive le 4e tome, là où tout va basculer. Déjà, l'épaisseur du livre est presque le double des trois précédents, signe que son contenu s'avère riche, surtout en émotion. C'est une sacrée boucherie qui va se dévoiler au fil des pages avec un massacre d'une violence impressionnante (absente bien sur du RPG) où la pitié n'a plus sa place. Le sang va couler à flot, les larmes du lecteur aussi.  Dans les ultimes pages, mon coup de coeur va pour Lyon, n'hésitant pas à se faire planter un bras pour protéger Ardil avant de transpercer à coup d'épée la gorge de son opposant.

  SUIKO5manga6-copie-1

Je n'en dirais pas plus mais ceux n'ayant pas fait le jeu se poseront évidement beaucoup de questions une fois la lecture achevée. Les réponses se trouvent dans le jeu disponible sur PS2 que je recommande chaudement pour les trois personnes du fond hésitant encore. Fan de Suikoden, achetez-moi ça, vous serez comblé au point de vouloir (re)faire le 5e épisode de cette grande saga. Amen, c'est dit.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 21:30

 NIERcom1 copie

 

NIER, le titre testament de Cavia Studio édité par le grand Square-enix, a fait pas mal parler de lui au printemps dernier et encore aujourd'hui grâce à son OST fantastique (Shadowlord, The Dark Colossus Destroy All, Gods bound by rules...) et ses personnages peu banals pour un RPG japonais, Kainé en tête. N'ayant pas encore fait ce jeu, j'ai décidé tout de même de télécharger les trois volumes du comics disponibles sur le site officiel du titre.

 

NIERcom2

 

D'après la BD, l'histoire se passe dans un univers apocalyptique avec une ville dévastée pour planter le décor. Au milieu de ce chaos se baladent trois protagonistes aux silhouettes marquées: Nier, le guerrier massif et rugueux, Kainé une combattante à la plastique irréprochable (tout le contraire de son vocabulaire!) et Weiss, un grimoire qui parle(!!). Nier recherche une ombre, une espèce de créature responsable d'une maladie appelée nécrose runique, mal dont souffre sa fille. Aidé par Kainé et Weiss, il semble plus que jamais déterminé à réussir. Normal, quand sa propre progéniture est en danger de mort, il n'y a pas à hésiter.

 

NIERcom3

 

Arpentant les vestiges bétonnés, le trio décide de se raconter chacun une histoire pour passer le temps. Chaque tome du comics contient un récit raconté tour à tour par Weiss, Kainé et Nier. En rapport avec le background ou le vécu de certains, on suit avec interêt ces petits bouts d'histoires suscitant moult questions auxquelles on aimerait coller une réponse.

 

NIERcom4

Les tomes sont dessinés par trois artistes différents: Carlos D'Anta, Pop Mhan et Eduardo Nunez. Les connaisseurs de comics remarqueront rapidement que le trait de Nunez rappelle furieusement celui de Joe Madureira, une grande célébrité du milieu avec le regretté Michael Turner. J'aime bien le trait de Mhan et moins celui de D'Anta où Kainé n'est pas des plus réussies niveau visage. Les dialogues sont par contre excellents surtout entre le tandem infernal Weiss/Kainé dont je vous recopie un extrait ci-dessous:

- Nier à Weiss: "Kainé a raison. Si tu comptes vraiment parler, essaie au moins de raconter quelque chose d'agréable."
- Kainé à Weiss: "Je préfère qu'une ombre m'arrache une oreille et pisse dans la plaie plutôt que d'entendre un autre de tes délires merdiques, Weiss." 
- Weiss à Nier et Kainé: "Eh bien... Il est clair qu'aucun d'entre vous n'est assez subtil pour apprécier un bon livre."

Voilà en gros ce que ça donne et ça fait des étincelles. La finesse du langage de Kainé est bien fidèle à celui décrit dans le jeu, auquel le comics réussit sa mission: donner envie d'y jouer.

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 23:40

 

FFXIIIpr1

Cette rubrique permet de compléter le test express, certes pratique pour cerner rapidement le jeu mais frustrant si l'envie de développer se fait sentir. Les photos sont de moi. (merci le numérique et 'toshop). C'est le jour de sa sortie que je me suis procuré comme surement de nombreux joueurs, le soi-disant "sauveur du J-RPG".

 

Le classement de Famitsu qui fâche.
  Le 13e épisode d'une saga à la médiatisation incessante et limite étouffante, s'est vu attribué récemment le titre du 3e meilleur jeu de tous les temps selon famitsu. Depuis la publication de ce classement, c'est le drame: des crises d'infarctus sont signalés un peu partout et on a même retrouvé des joueurs avec leur tête plongé dans leur four micro-onde, essayant désespérément de mettre l'appareil en marche. Plus sérieusement, j'ai beau avoir noté ce RPG d'un 8/10, il ne mérite pas un classement aussi haut car il aligne des défauts surprenants, alors qu'il a bénéficié d'une longueur de développement aussi surréaliste que son prédécesseur.
 FFXIIIpr3

Premières heures sur Cocoon.
Le commencement d'un Final Fantasy, c'est toujours excitant. On sent qu'on va vivre quelque chose de visuellement spectaculaire et assister à de futures séquences inoubliables, à condition de ne pas avoir abusé des trailers envahissant le net depuis l'annonce du jeu. Ca fait longtemps que je ne visionne plus les vidéo de promo, flingueuses de découvertes par excellence. L'intrigue débute de manière très spectaculaire. De mémoire, je n'ai pas souvenir d'avoir assister à quelque chose d'aussi intense même dans Final Fantasy VII. Me voilà au coeur d'une guérilla urbaine à laquelle je capte que dalle. On s'y croirait même si je progresse en me posant des questions du style "Qui suis-je?", "Où vais-je? (facile tout droit) " ou encore "Dans quel couloir j'erre?". Je vois une civile prendre une arme pour assister Snow. Je sais qu'elle va y passer (le battage médiatique autour de la démo a fait son office) mais j'ignore comment. Je suis sa courte destinée non sans quelques petits battements de coeur d'appréhension attendant le moment fatidique et bam! Il arrive. Je ne spoilerai point car certains n'ont toujours pas fait le jeu mais le drame a sa raison d'être.

FFXIIIpr4

Un système de combat aussi pressant qu'un étau.
Lorsque j'ai commencé mes premières joutes, je me suis bien marré en essayant les potions: "Mouhaha! Ca soigne les 3 combattants en même temps, trop fatoche!". Rira bien qui rira le dernier car au fil de la progression, cette guérison simultanée est indispensable pour s'en sortir. J'ai mis plus d'une demi-heure à battre le Garuda (le boss du lac) parce que moi y'en pas comprendre à ce moment de la partie qu'il fallait toucher l'adversaire avec un attaquant pour éviter à la jauge de break de redescendre trop rapidement. L'état de choc est l'échappatoire du joueur, la lueur divine éclairant l'épreuve aussi pressante qu'un étau où la fuite est proscrite et le changement de leader une douce utopie. Je vous dis mon nombre de tentative contre Odin? 27 fois! Ouiii, 27 game over de merde dans ma face. Avec seulement 2 personnages dont un leader imposé, ce fut un peu style "tiens, démerde toi avec ça!". J'ai beau avoir une super guerrière en leader, ben l'autre en face c'est quand même le roi des dieux scandinave. Et avec Hope, un marmot en guise d'appui, excellent soigneur mais dépourvu du sort "Célérité" j'ai cru ne jamais m'en sortir. Le système d'Optima Change est stressant. Pourtant, il faut simplement appuyer sur [L1] et X (ou triangle pour lancer plus vite). Mais vu à la vitesse où tout se déroule, on n'a pas trop le temps de faire d'autre manip'. Aprés le cauchemar des premiers instants, je constate que 150 heures plus loin, ce système de fight est incroyablement jubilatoire. Pas besoin de leveller comme un porc (enfin presque...), la tactique révélant le talon d'achille des monstres est là, il faut juste y tomber dessus. Les boss secrets comme Vercingétorix et le Pleurodire ne m'ont pas fait regretter d'avoir poussé les cristariums à leur niveau max. Mais l'impossibilité de changer de leader est une aberration car on ne peut invoquer qu'un eidelon par combat. Pour avoir un peu variété, faut alterner les leaders entre chaque affrontement.

FFXIIIpr8

FFXIIIpr7

La fantasie faisant planer.
Les environnements sont d'une beauté à pleurer. La forêt du chapitre 6, Gran Pulse et surtout la ville d'Eden (avec son ciel nuageux) forment la somptueuse vitrine du moteur 3D Crystal Tools. On n'a rien à explorer à part Gran Pulse mais j'avoue m'être arrêté maintes fois pendant plusieurs minutes pour contempler le travail. Les personnages ne sont pas en reste. J'ai fait tourner la caméra pour avoir le meilleur plan possible et admirer la belle modélisation des avatars et le travail minutieux sur les textures. La gestion des gigantesques Adamankhelones m'a fait halluciner. Je n'avais jamais vu des géants pareils dans un RPG. Ce moteur a pris du temps à se développer mais le résultat est là. Le meilleur moment révélant l'envoutante ambiance de Gran Pulse est lorsqu'on se rend à Oerba dans le sentier enneigé: bercé par la piste Dust to Dust, on peut admirer au ciel un Cocoon magnifique.

FFXIIIpr9

La longue attente d'un succulent gâteau finalement servi qu'à moitié...
... mais avec toujours le même goût: tel est un peu le sentiment final de ce 13e épisode qui malgré un contenu amputé m'a captivé 70 bonnes heures rien que pour l'intrigue principale. Il a beau être linéaire et posséder un système de combat parfois frustrant, la durée de vie n'est pas un foutage de gueule, ni l'OST d'ailleurs. Les morceaux captivants sont nombreux: Start yours engines, Eden under siege, No Way to Live et bien d'autres... Pour terminer, un petit conseil: méfiez-vous de la seconde forme du boss final. Elle reste dangereuse même avec les cristariums au max car son attaque "jugement dernier" s'adapte à votre niveau. J'en sais quelque chose vu que j'ai rencontré un nouvel game over alors que je pensais le torcher finger in the noise, histoire de revoir la conclusion somptueuse, heureuse et tragique à la fois.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 12:58

LOD

 

 

8 GRAPHISMES

 Pour l'époque, c'est plutôt soigné. Les personnages à la modélisation basique (mais moins pire que FF VII) contrastent avec les décors fixes en 3D dont certains sont magnifiques.

 

8 SYSTEME DE COMBAT
 Très bon! Il faut appuyer au bon moment sur la touche d'action pour réussir son enchainement. On peut en plus se transformer en dragon! Le joueur n'est jamais passif.

 

6 MUSIQUES
 L'OST de ce RPG a suscité des polémiques pour sa qualité inégale. Pas mal de morceaux sont passe-partout mais j'ai encore en tête quelques thèmes réussis comme Castle par exemple.

 

7 PERSONNAGE
 Les personnages de Rose et Lloyd sont les plus populaires et ça peut se comprendre. Dart et Shana, le couple star du jeu reste malheureusement très classique.

 

8 SCENARIO
 Un gros travail d'écriture sur l'univers, avec un récit boosté de belles cinématiques à couper le souffle. Sony avait mis le paquet pour concurrencer Final Fantasy et la mission fut presque réussi.

Partager cet article
Repost0