Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 00:04
[Revue de test] DECEPTION IV: Blood Ties

                                           Cruauté, mode d'emploi.

Après le test de Kagero II, voici le nouvel épisode de la licence Deception prévue normalement pour le 28 mars. Le concept est le même: placer des pièges afin de créer le combo ultime sur les adversaires poursuivant l'héroine. Le timing est très important et la frustation d'un raté dans l'enchainement ô combien sadique fait tout le sel du gameplay. Les mécanismes mortels fonctionnent par couleur au nombre de trois, représentant chacune une divinité chérissant un thème: splendeur, cruauté, disgrâce. La plupart des sites se sont pris au jeu malgré une réalisation technique moyenne. Un point assez pardonnable vu que son budget alloué est très loin d'un Final Fantasy.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 19:20
TRAPT- KAGERO II: Dark Illusion [Test express]

6 GRAPHISMES

Le moteur 3D nous livre le strict minimum. La modélisation des personnages est passable mais suffisante pour afficher le charac-design travaillé.

 

7 SYSTEME DE COMBAT

La grosse originalité du titre: il faut placer des pièges dans un vaste château pour occire ses poursuivants et gagner des mécanismes plus puissants et élaborés. Les environnements 3D sont partagés par cases pour installer ses instruments de mort. Concevoir des combos sanglants sur ses adversaires en enclenchant plusieurs pièges délivre des sensations sadiques pas déplaisantes.

 

4 MUSIQUES

Des thèmes frénétiques pour rythmer la folle course poursuite de l'héroine, c'est maigre. Rien de grandiose, hélas.

 

6 PERSONNAGES

Plus mémorable pour son design plutôt que sa psychologie, Allura passe son temps à courir pour prouver son innoncence . Les rôles secondaires arrivent à étoffer un peu plus un background qui en a bien besoin.

 

5 SCENAR

Le roi Olaf est assassiné et sa chère princesse se retrouve accusée. Elle trouve refuge dans un manoir immense hanté de forces obscures. Cet univers gothique arrive à la moyenne grâce à ses nombreux complots et trahisons.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 21:18

Il faut se faire une raison: nous autres joueurs de RPG allons devoir compter avec les smartphones et autre tablettes pour continuer à assouvir notre passion. La puissance des supports ne cessent d'augmenter ainsi que la quantité de titres disponibles. Utilisées par des millions de joueurs potentiels couplé à l'avantage de ne pas avoir de support physique à fournir, les machines nomades sont devenues un choix incontournable des éditeurs.

 

Square Enix, à pieds joints!

La firme ne s'en cache plus et l'assume pleinement: l'orientation iOS et Android est une priorité. Faut-il s'en inquiéter?

Le RPG sur Android et iOS, état des lieux. [Actu]

Les 6 premiers Final Fantasy sont désormais disponibles ainsi que certains épisodes annexes. Le prochain gros projet de la licence se nomme Agito, tiré de l'épisode Type-0 dont la sortie européenne semble désormais de l'ordre du fantasme. Si (re)jouer aux épisodes originaux peut s'avérer aussi plaisant que les autres supports, l'ajout des micro-transactions et autre aspect social prévus sur Agito ou Rise of Mana récemment annoncé risquent de polluer la production. Il faut espérer que l'orientation de cette dernière saura proposer des RPG complets comme la référence actuelle: Chaos Rings.

Le RPG sur Android et iOS, état des lieux. [Actu]

J'ai joué au premier épisode (un gros article sur ma partie vécue est prévu) et malgré une grosse répétitivité, la qualité est bien au rendez-vous, grâce au casting plus que réussi. L'autre point fort reste la réalisation technique, au point de voir qualifier cette licence comme le "Final Fantasy sur Smartphone". Pleinement satisfait de cette première expérience, Chaos Rings II et Omega seront mes prochains achats.

Le RPG sur Android et iOS, état des lieux. [Actu]

N'oublions pas l'autre série phare du géant nippon: Dragon Quest. Sa transposition sur les supports mobiles n'est plus qu'une question de temps. Square Enix tisse peu à peu sa vaste toile mais il n'est pas seul et d'autres ont déjà pris les devants...

 

Kemco, l'art de produire en masse.

Avec un gros parc de RPG déjà bien installé, KEMCO a fait des titres stylés 16 bits son domaine de prédilection. Des productions pas chères, aux repères balisés qui ne dépayseront pas les amateurs. L'avantage par rapport à SE, c'est leur prix d'achat.

Le RPG sur Android et iOS, état des lieux. [Actu]

Certains RPG sont magnifiques et colorés nous rappelant la belle époque des consoles 16 bits. Aprés, sur la qualité du contenu, ça reste au niveau du prix à savoir peu élevé d'aprés certains retours. Cela n'empêche pas pour ma part d'avoir des vues sur certains titres comme Alphadia.

Le RPG sur Android et iOS, état des lieux. [Actu]

Mais la 2D ne sera peut-être pas le choix éternel de Kemco. Le prochain Alphadia, nommé Genesis, offre des combats entièrement en 3D.

 

Les autres challengers.

Namco a fait l'annonce d'un Tales of Link. D'autres labels comme Mmgames, Hyperdevbox Studio ou Execreate Inc lancent aussi leurs titres comme la série Trinity Crest (restée pour l'instant en japonais hélas) ou encore des licences plus connues comme Record of Agarest War ou Spectral Souls.

Le RPG sur Android et iOS, état des lieux. [Actu]

Quelle machine pour jouer?

"Un Smartphone n'est pas une console portable!" clament certains. A quoi bon se voiler la face? Aprés, tout dépend de la machine et surtout du budget mais pour un bon confort, je conseille un smartphone avec un écran de 5 pouces pour la visibilité. Le stylet des Galaxy Note offre un plus non négligeable pour la maniabilité tactile. L'avantage des RPG mobiles, c'est la possibilités de faire de très courtes sessions. Jouer à Chaos Rings pendant les pauses repas au boulot, c'est quand même le pied et plus besoin de s'encombrer d'une console portable.

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 20:26
CHAOS RINGS [Test express]

8 GRAPHISMES

Décors fixes en 3D précalculée, personnages superbement modélisés, SE fait une nouvelle fois une belle démonstration de son talent d'artisan du jeu vidéo et sur support mobile, s'il vous plait.

 

7 SYSTEME DE COMBAT

Le tour par tour ultra-classique commençait à me manquer. Ca tombe bien, ce RPG nous rappelle les joutes de l'âge d'or 32 bit. Le principal attrait reste de breaker rapidement pour soi la jauge d'avantage.

 

8 MUSIQUES

Noriyasu Agematsu signe des partitions entrainantes et soignées. Ne vous étonnez pas d'en chantonner quelques-unes en jouant, c'est normal.

 

8 PERSONNAGE

En plus d'avoir un chara-design de folie (merci Naora), le casting remplit son contrat haut la main. Il le fallait car tout repose sur la relation des couples de combattants.

 

7 SCENARIO

Intriguant, le récit se révèle progressivement au prix d'une répétitivité malheureuse dans l'odyssée des 4 couples. La relation assez complexe entre chaque membre des couples pousse le joueur à connaitre le fin mot de l'histoire. N'oublions pas qu'il s'agit d'un RPG sur smartphone, parfaitement calibré pour ce support. Voilà, c'est dit.

 

Vous pouvez lire mon avis plus développé à cet article: Chaos Rings [Partie vécue]

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:55
DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

Sorti il y a déjà un an et demi et comparé à Skyrim, j'en profite pour décrire les quelques 90 heures passées sur ce hit de l'année 2012 signé Capcom. Nul doute que son point fort reste son gameplay, très addictif avec son système de pion et ses créatures mythologiques immenses.

 

The Elder Scrolls à la sauce nippone.

Les parts de marché grignotées par le RPG occidental a permis à certains développeurs japonais de changer radicalement la direction artistique de leurs derniers produits. C'est le cas de Capcom avec cet ambitieux projet, lançant ainsi une nouvelle licence.

Tout commence le plus banalement du monde où un jeune villageois survit à l'attaque mortelle d'un gros dragon rouge à Cassardis, sa bourgade natale. Toujours en vie malgré son coeur arraché, il devient l'insurgé dont le destin est de vaincre la puissance bête ailée. La quête commence...

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

En plus de personnaliser son propre insurgé, on dispose d'un pion principal qu'il est aussi possible de modeler à sa guise. Ensuite, deux autres pions pourront être recrutés dans l'équipe parmi les innombrables avatars générés aléatoirement par le jeu.

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

Il faut penser à changer régulièrement ces deux pions en fonction du niveau de votre personnage sans quoi ces alliés deviendront vite des boulets. Au total, neuf classes (guerrier, rodeur, mage, chasseur, champion, sorcier, paladin, assassin, archer magique) permettront de choisir votre style de combat selon vos préférences.

 

La nuit tombe, on flippe...

Avec l'impossibilité de se téléporter (du moins au début), il est indispensable de bien se préparer avant de parcourir les vastes plaines de Granys. En priorité, l'acquisition d'une lanterne est primordial car sinon, c'est l'exploration à l'aveuglette qui vous attend avec de gros monstres près à vous bondir dessus. Il faut aussi penser à recharger sa lanterne car sa consommation d'huile n'est pas infinie.

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

J'ai rarement vu un mode nuit aussi efficace et par moment on est pressé de basculer en mode jour pour mieux se sentir à l'aise dans l'environnement. N'oublions pas que ce RPG offre un gros bestiaire à la taille souvent impressionnante. Rien de rassurant donc.

 

Gran Soren, l'impériale cité.

Aprés le village de pêche, on atteindra vite Gran Soren non sans moult péripéties. L'attaque de l'hydre à la légion des pions par exemple reste inoubliable. La capitale de Granys est gigantesque et même Skyrim ne réussit pas à offrir une ville aussi immense. En contrepartie, beaucoup de portes d'habitations sont condamnées. Malgré cette restriction, il y a beaucoup à voir et il en faudra du temps pour en faire le tour.

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

Les nombreuses et étroites ruelles auront vite fait de vous désorienter. La consultation de la carte sera nécessaire lors de vos premières explorations puis la mémorisation des différents magasins devrait permettre de s'y retrouver grace à leur localisation.

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]
DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]
DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

Granys aussi vaste que Bordeciel?

Non, on en est même très loin. A part les grandes étendues autour de la capitale et la vaste plaine au sud de la région, la plupart des lieux sont vite cloisonnés. La superficie de Granys est bien moins vaste que le géant Skyrim: autant comparer David face à Goliath.

A défaut de dépasser et même d'égaler le maitre sur la richesse d'exploration, le RPG de Capcom a un atout de taille: son bestiaire. Les créatures mythologiques faisant les beaux jours de l'heroic fantasy (Golem, chimère, griffon, dragon...) se sont données rendez-vous à Granys. Les affrontements sont bien plus homériques que le monument de Bethesda avec un zeste de Shadow of the Colossus grace à la possibilité d'escalader les grosses bébètes: un beau lot de consolation pour le joueur!

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]
DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

Il faut faire attention au système de quêtes annexes assez punitif si on progresse trop vite dans l'aventure principale. Certaines missions seront annulées et rendront des lieux secondaires inaccessibles empêchant de retourner le jeu de fond en comble. Les intrigues en parallèles sont assez nombreuses et atteindre le bout du tunnel est faisable, contrairement à un Skyrim inépuisable.

 

Un système de combat bien calibré.

Certains avis sur la toile s'attaquent à l'intelligence artificielle de ce RPG en traitant les pions d'idiots. Des propos me laissant sceptique vu que je n'ai pas eu de gros problèmes dans le soutien de mes alliés. Pour que ça marche, il faut impérativement bien gérer l'inventaire de chaque pion. A partir du moment où il dispose des items nécessaires, il saura faire le bon choix pour se soigner et vous soutenir. Au joueur de bien s'occuper de ses pions et ils le lui rendront bien. 

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

L'impossibilité de se téléporter pendant une bonne partie du jeu peut également frustrer mais l'acquisition d'une pierre (couteuse) saura vous délivrer de cette contrainte. Attention à l'utiliser à bon escient en fonction du danger et de l'équipement disponible sur le terrain, faisant la force de Dragon's Dogma.

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

La volonté de débloquer de nouvelles classes avec des compétences toujours plus puissantes assure un cachet de qualité à l'efficacité indiscutable. Les pièces d'armures sont variès et l'inventaire d'armes particulièrement riche. Mais la bourse devra être garnie en conséquence pour s'offrir l'équipement de ses rêves. En y mettant le prix, on peut s'allouer une main d'oeuvre à la puissance attendue.

DRAGON'S DOGMA [Partie vécue]

Le choix online pour l'achat de pions est bien plus intéressant à condition d'opter pour une attitude chronophage. Les prix de certains avatars donnent envie de pleurer, surtout en pensant aux nombres d'heures joués par leurs propriétaires.

Le gros bémol est le casting absolument transparent. Les stars, ce sont Granys et son bestiaire. N'oublions pas aussi l'unique plot de sauvegarde, une autre défaut surtout pour des joueurs privilégiant au minimum deux sauvegardes lors d'une partie.

 

En conclusion, on est en face d'un très bon RPG mais avec une identité visuelle impersonnelle et une réalisation technique par moment perfectible. Pourtant, ses grandes qualités parviennent à captiver le joueur et c'est plus que suffisant.

Partager cet article
Repost0