Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 20:45
ASSASSIN'S CREED Odyssey [Test]

Odyssée principale finie en 102 heures de partie, sans DLC, Level 47 avec Kassandra

 

Faisant basculer progressivement certaines de ses licences vers le A-RPG open-world et surtout après le succès d'Origins, Ubisoft a confirmé cette orientation en Octobre 2018 sur l'une de ses licences phares: Assasin's Creed. Mais concevoir un système de craft complexe quant on n'a pas l'expérience d'un Square-enix par exemple, sans éviter une certaine lourdeur peut s'avérer compliqué.

 

Commençons par les 3 principaux défauts:
1) l'IA en mode télétubbies fait mal à l'immersion. Genre je tue un soldat, je camoufle le corps dans les buissons MAIS le bouclier et une grosse flaque de sang restent sur la place de mon méfait. Pas de panique, la sentinelle faisant office de relève stationnera sur le bouclier et le sang par terre comme si rien n'était arrivé. Il s'agit quand même de militaires, voire de gradés professionnels. Ca la fout mal un tel laxisme face à des détails qui sautent aux yeux. Pour la next-gen, il faut qu'Ubisoft prennent les devants sur ce défaut récurrent de bons nombres de AAA contenant des phases d'infiltration.

La Grèce à visiter est immense et somptueuse. En mer comme sur terre.La Grèce à visiter est immense et somptueuse. En mer comme sur terre.
La Grèce à visiter est immense et somptueuse. En mer comme sur terre.La Grèce à visiter est immense et somptueuse. En mer comme sur terre.
La Grèce à visiter est immense et somptueuse. En mer comme sur terre.La Grèce à visiter est immense et somptueuse. En mer comme sur terre.

La Grèce à visiter est immense et somptueuse. En mer comme sur terre.

2) Le loot pour crafter les équipements légendaires est lourd et abusif. Ah il en faut du bois, du métal et autres peaux pour avoir des stats' costauds. Des équipements épiques moins puissants seront plus rapides pour l'évolution avec beaucoup moins de ressources pour un résultat en combat très satisfaisant. Il ne faut pas aussi oublier le navire, de plus en plus gourmand lui aussi à chaque nouveau palier franchi.

L'incohérence du craft de l'équipement est un gros défaut du jeu.

L'incohérence du craft de l'équipement est un gros défaut du jeu.

3) Le bestiaire s'adapte au niveau de votre personnage et ça, ben non, non et NON! Le sentiment de puissance n'est jamais ressenti. Genre je choppe une armure de demi-dieu d'un membre du Kosmos, mes stats montent en flêche mais trois malheureux félins vont arriver à inquiéter ma jauge de vie. Je suis level 45 avec une superbe armure et du bestiaire de base peut encore s'avérer dangereux malgré le fait que je puisse les tuer en un coup. C'est vraiment idiot.

Les traversées maritimes seront très mouvementées. Et l'ambiance répond présent.Les traversées maritimes seront très mouvementées. Et l'ambiance répond présent.

Les traversées maritimes seront très mouvementées. Et l'ambiance répond présent.

Maintenant que j'ai vidé mon sac sur les points noirs, passons aux qualités et elles sont nombreuses. Déjà, l'open-world: l'un des plus grands, détaillé et magnifique du marché. Les villes, villages et espaces naturels fourmillent de vies, de détails et on ne ressent pas trop le copier-coller des architectures des quartiers. On stationnera souvent à contempler les vastes horizons pour abuser du mode photo. Il est d'ailleurs sympa de profiter en ligne des captures imagés d'autres joueurs. Les 2 héros, Alexios et Kassandra sont chouettes même si je conseille de vivre l'aventure avec Kassandra. Je trouve que la sensibilité féminine se prête mieux à cette quête de reconstruction familiale, à condition bien sur d'opter pour cette voie là.

Elle est belle, scupturale, farouche et guerrière: elle s'appelle Kassandra.
Elle est belle, scupturale, farouche et guerrière: elle s'appelle Kassandra.Elle est belle, scupturale, farouche et guerrière: elle s'appelle Kassandra.
Elle est belle, scupturale, farouche et guerrière: elle s'appelle Kassandra.Elle est belle, scupturale, farouche et guerrière: elle s'appelle Kassandra.

Elle est belle, scupturale, farouche et guerrière: elle s'appelle Kassandra.

Rien à redire sur la narration et le doublage qui sont au top. Certaines quêtes annexes scénarisées comme "les contes perdus de Grèce" peuvent révéler de belles surprises. Par exemple celle intitulée "Une très, très mauvaise journée" est une belle compilation d'humour noir rappelant celui de The Witcher III. Ah! Nous y voilà à l'inévitable comparaison: il est évident qu'Ubi est allé puiser dans le chef-d'oeuvre de CD Projeck. Alexios ressemble à Geralt en plus jeune, la carte est remplie de points d'interrogation signalant un lieu à découvrir. Que dire que la quête principale où le héros (ou héroïne) cherche à se rebâtir une famille avec des personnages aux caractères disons... bien trempés pour ne pas spoiler. Ca fonctionne très bien et certaines scènes font plaisir à voir malgré une puissance émotionnelle en déça du monument Wild Hunt

L'odyssey de Kassandra nous livre une histoire familiale touchante, dont le joueur décidera le sort.L'odyssey de Kassandra nous livre une histoire familiale touchante, dont le joueur décidera le sort.

L'odyssey de Kassandra nous livre une histoire familiale touchante, dont le joueur décidera le sort.

La relation entre Alexios et Kassandra promet beaucoup de surprises. A vous de décider de leur destin.

La relation entre Alexios et Kassandra promet beaucoup de surprises. A vous de décider de leur destin.

La multiplication des camps, forts militaires ne m'a pas gêné outre mesure, malgré le fait de reconnaitre la répétitivité facile choisie par Ubi pour remplir sa Grèce antique . Le principe des mercenaires traquant votre avatar laisse à peine le temps de respirer: ils sont forts, vous trouvent facilement et très vite même. Se balader dans une région avec une jauge "mercenaires" remplie à bloc devient un vrai calvaire: ils vous tombent dessus à trois ou quatre et bon courage pour avoir le dessus.

On pourra multiplier les aventures, hommes ou femmes, mais la mise en scène reste très prude.On pourra multiplier les aventures, hommes ou femmes, mais la mise en scène reste très prude.
On pourra multiplier les aventures, hommes ou femmes, mais la mise en scène reste très prude.On pourra multiplier les aventures, hommes ou femmes, mais la mise en scène reste très prude.

On pourra multiplier les aventures, hommes ou femmes, mais la mise en scène reste très prude.

Avec sa richesse impressionnante et son suivi de qualité, AC Odyssey est une masterpiece devant laquelle il est facile de succomber. J'aurai pu y rester davantage: 100 h de plus est possible vu le contenu+ les DLC.

 

Ma note sur Sens critique: 9/10

Partager cet article

Repost0

commentaires

Flikvictor 16/04/2020 19:30

Je ne sais pas si tu en as entendu parler mais tu devrais tenter le "Discovery tour" sur Origins. C'est un mode éducatif qui te permet de visiter l'open world sans subir le scénario et les combats. C'est parfait pour explorer en compagnie des gosses sans craindre des effusions de sang.
Pour Wildlands, je l'ai fait uniquement en solo et j'ai adoré. Je ne pense pas qu'en multi tu aurais pris plus de plaisir si l'univers et le récit ne t'ont pas embarqué plus que ça dès le début. Et c'est vrai que l'open world est vraiment immense. Mais vu qu'il faut fuir, courir et se cacher souvent, la superficie disponible est au moins très fonctionnelle.

Flikvictor 17/04/2020 18:22

Alors oui, dans Odyssey tu as le mode exploration qui t'oblige, une fois arrivé dans une région, à utiliser l'aigle pour marquer les lieux, pnj et autre ressources.
Tu peux en effet utiliser les indices laissés par les PNJ et utiliser les vagues indices de ce mode. Honnêtement, je ne connais pas son efficacité vu que j'ai exploré en mode normal (avec les marqueurs sur la map). C'est un mode beaucoup moins assisté d'après certains retours. En tapant "AC Odyssey mode exploration ", tu devrais trouver des vidéos présentant bien le concept.

Lure 17/04/2020 09:47

J'ai entendu parler du Discovery Tour mais je n'ai pas eu la curiosité d'aller le tester.
J'ai lu qu'avec Odyssey, Ubisoft avait travaillé sur l'écriture de son open world pour qu'il soit possible de rallier sa destination en se basant sur les explications données par les pnj plutôt qu'en regardant systématiquement la carte.
Qu'en est-il ? C'est vraiment le genre de truc qui pourrait faire pencher la balance pour moi... sortir le nez de la carte, lever les yeux et se repérer grâce au paysage.

Je devais pas être dans un bon état d'esprit pour Wildlands !

Flikvictor 15/04/2020 19:45

Lure => Salut.
Alors oui, la formule Ubisoft peut lasser à force. Je m'en suis rendu compte avec le dernier Ghost Recon (Breakpoint). Je ne l'ai même pas fini alors que je m'étais régalé sur Wildlands. J'attends de voir les prochaines mises à jours mais je ne sais pas si j'aurais la motivation de m'y remettre. Le jeu a floppé commercialement à cause des bugs et de l'absence des coéquipiers IA. Pour Assassin's Creed, il est évident que si tu as peiné à finir Origins, mieux vaut attendre que ta motivation revienne pour l'épisode Odyssey. En ce moment, je laisse les prod' Ubi un peu de coté pour revenir aux J-RPG. C'est par période.

Lure 16/04/2020 13:20

Flikvictor,

de mon côté, j'ai décroché avec Wildlands. L'open world était tellement grand... et je trouve qu'il n'y avait finalement pas grand chose à y faire (j'ai joué exclusivement en solo, je pense que ça a vraiment négativement impacté mon expérience). Le scénario était trop léger pour m'embarquer (je pense que c'était voulu par Ubisoft, pour que les joueurs aient la place de se raconter leurs propres histoires).
J'avais bien aimé tout ce qui avait trait à la personnalisation des armes et de l'équipement.

Assassin's Creed Origins, j'ai autant aimé que détesté. Je n'ai presque rien retenu du scénario (kof kof) ou des personnages... Il faut dire que j'avais abandonné la saga après le premier épisode et tout me paraissait donc très décousu dans ce Origins.
Comme dans Wildland, j'ai trouvé l'open world très (trop) grand et je n'en ai pas fait le tour. Je n'aime pas le système des ?. Pour moi ça ressemble à une liste de tâche à effectuer (c'est vraiment un boulot en fait) et ça casse l'envie d'explorer puisque la carte est déjà toute balisée.
En revanche, ce que j'ai beaucoup aimé (c'est ce qui m'a fait joué au jeu et c'est ce qui me fait lorgner vers Odyssey) c'est le plaisir qu'il y a à se promener dans cette Egypte antique magnifiquement reconstituée. J'ai même fait quelques sessions non-violentes avec les enfants pour aller admirer le Nil et les environs.
Je pense que pour apprécier le jeu, il faudrait juste que je modifie ma façon de jouer et que je le picore un peu ici ou là.

Lure 15/04/2020 11:40

Hello,
comme toujours, j'attendais avec impatience ton nouvel article. Quel que soit le jeu traité, c'est toujours un plaisir.
Je n'ai pas joué à Assassin's Creed Odyssey. J'en ai envie depuis longtemps (un voyage de cette qualité dans la Grèce antique... comment refuser) mais je freine des quatre fers.
La formule open world Ubisoft m'a lassé depuis longtemps, avec ces mondes pleins de vide et ses activités très répétitives.
J'avais quand même joué (et terminé) Origins, parce que je voulais vraiment gravir les grandes pyramides mais je ne suis pas sûr d'avoir envie de remettre le couvert...
Peut-être un jour, par désœuvrement... C'est agréable aussi ces jeux où l'on progresse tranquillement, sans trop réfléchir, en admirant le paysage. Si ce jour arrive, je suivrai ton conseil et je jouerai Kassandra.

Merci pour ce retour richement illustré, comme toujours (j'ai souri en voyant cette image ou Kassandra trucide un bougre juste après avoir lu un mot vantant sa sensibilité féminine).